voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Robert Desnos

Robert Desnos- Semez, semez la graine


 

Lisbonne 02

 

 

Semez, semez la graine

Aux jardins que j’avais.

Je parle ici de la sirène idéale et vivante,

De la maîtresse de l’écume et des moissons de la nuit

Où les constellations profondes comme des puits grincent

   de toutes leurs poulies et renversent à pleins seaux sur

   la terre et le sommeil un tonnerre de marguerites et

   de pervenches.

Nous irons à Lisbonne, âme lourde et cœur gai,

Cueillir la belladone aux jardins que j’avais.

Je parle ici de la sirène idéale et vivante,

Pas la figure de proue mais la figure de chair,

La vivante et l’insatiable,

Vous que nul ne pardonne,

Ame lourde et cœur gai,

Sirène de Lisbonne,

Lionne rousse aux aguets.

Je parle ici de la sirène idéale et vivante.

Jadis une sirène

A Lisbonne vivait.

Semez, semez la graine

Aux jardins que j’avais.

 

FORTUNES

nrf  Poésie/Gallimard

 


Robert Desnos – A la faveur de la nuit


 

Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit.

Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre,

Cette ombre à la fenêtre c’est toi, ce n’est pas une autre,

    c’est toi.

N’ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle

    tu bouges.

Ferme les yeux.

Je voudrais les fermer avec mes lèvres.

Mais la fenêtre s’ouvre et le vent, le vent qui balance

    bizarrement la flamme et le drapeau entoure la fuite

    de son manteau. 

 La fenêtre s’ouvre : Ce n’est pas toi.

Je le savais bien.

—–

Corps et biens (1930)

 

 


Norbert Paganelli / Robert Desnos – Le dernier poème


Gorgone orange (2)

 

 

(Norbert Paganelli / Robert Desnos) LE DERNIER POÈME
J’ai tellement rêvé de toi
J’ai tellement marché, tellement parlé,
Tellement aimé ton ombre,
Qu’il ne me reste plus rien de toi,
Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres
D’être cent fois plus ombre que l’ombre
D’être l’ombre qui viendra et reviendra
Dans ta vie ensoleillée.

 

( et sa version en langue corse )

 

T’aghju sunniatu cusì forti
Aghju tantu marchjatu, tantu parlatu,
Tantu amatu la to ombra,
Ch’ùn mi ferma più nudda di tè,
Mi tocca à essa l’ombra mezu à l’ombri
D’essa centu volti più ombra chè l’ombra
D’essa l’ombra chi vianara è rivinarà
In la to vita assuliata.

 

 

Voir aussi beaucoup d’autres textes, orientés principalement  sur la poésie  d’origine corse ( mais pas que)..  dans Voxpoesi.