voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “robes

Des manches et des roses – ( RC )


Daido Moriyama Dog and Mesh Tights, 2014-2015 Diaporama de 291 photographies noir et blanc, 25 min Musique de Toshihiro Oshima Conception audiovisuelle : Gérard Chiron Courtesy of the artist / Getsuyosha Limited / Daido Moriyama Photo Foundation

sur une photo de Daido Moriyama – Hands from Dog and Mesh
Tights, 2014-2015

 

Va savoir, si ce sont des soeurs jumelles :
Elles prêtent chacune une manche
Quand l’appareil se déclenche  .
Ce sont deux demoiselles

qui, pour la photo                   se figent ;
Elles ne prêtent qu’une partie de leur corps
A l’envers du décor,
Le temps que les tiges

Developpent leur aube
Pour d’autres lendemains :
Et fleurissent sur les mains
comme sur les robes.

on ne voit pas leurs visages,
situés hors de la vision,
ce qui pose la question
de leur âge…

C’est une longue pose,
qui dure quelques années,
mais pas assez pour faner
les pétales et leurs roses ….

RC – mai 2016

 


Danse des lucioles ( RC )


par Re Chab,

-Il faut bien le dire,

Tu m’as  aidé à ôter la robe

Celle des nuages, recouvrant les  étoiles

 

 

Et dans la nuit  scintillante; qui m’attendait

S’échangent les avions  d’argent

Vers  les destinations lointaines

 

 

Peut-être celles des bonheurs partagés

Et la danse des points dans le sombre,

Celle des lucioles

 

 

S’appuie  sur les traits fugaces

Des comètes, dessinant à la lumière

Sans les craies,  sur la tableau d’ardoise de la nuit.

 

 

Et tu rassembles aussi les clins d’oeil,

Des lucioles,—  la danse des anges,

Avec le pont des heures  couchées

 

 

Sans les ballerines, avec la forme  de ton sourire

En équilibre, quelque part – ballon léger

Au dessus,corsage transparent,   de mon sommeil….

 

 

 

RC –  03 mars 2013

 

 

inspiré  du texte  de Colette Fournier,( Phedrienne ) ci dessous, …………..et visible  sur  http://colettefournier.com/2013/01/27/5-heures-du-matin/

 

 

J’ai parcouru la nuit à grandes enjambées

Franchi le pont des heures couchées

La nuit est amicale, elle sourit à la vie

Cachée sous les étoiles, et puis,

Elle a une allure folle dans sa robe ajustée

Son corset bleu marine et ses douces ballerines

Je l’ai suivi marchant à pas silencieux

Sur ses traces fuyantes de danseuse invisible

Et me voilà debout sur une crête noire

Un si drôle de perchoir, où je ne pense plus

Mais laisse traverser les comètes en goguette

Quelques anges déchus aux ailes harassées

Moi je suis sans fatigues, mais aussi sans idées

Une tête noctambule, ballon hydrogéné

Qui implosera peut-être en laissant dériver

Une petite luciole espiègle et inspirée !

 

 

Horatu, traduction du mot luciole en japonais, est un astre qui vole au bord de l’eau et annonce l’été aux japonais. Deux sortes de lucioles différentes par leur « style de vie » : le genji-botaru (12 à 18 mm) qui vit au bord de l’eau douce et le heike-botaru (8 à 10 mm) qui préfère les rizières et les eaux stagnantes, se nourrissent de colimaçons. Elles font partie des espèces aquatiques au stade larvaire parmi les dix répertoriées dans le monde, ce qui semble normal étant donné la géographie du Japon et des iles environnantes.


Guillevic – Elégie


peinture: Georges Braque ;  femme de dos                 1907

 

 

 

 

 

 

Élégie

Je t’ai cherchée

Dans tous les regards

Et dans l’absence des regards,
Dans toutes les robes, dans le vent,

Dans toutes les eux qui se sont gardées,

Dans le frôlement des mains,
Dans les couleurs des couchants,

Dans les mêmes violettes,

Dans les ombres sous les hêtres,
Dans mes moments qui ne servaient à rien,

Dans le temps possédé,

Dans l’horreur d’être là,
Dans l’espoir toujours

Que rien n’est sans toi,
Dans la terre qui monte

Pour le baiser définitif,
Dans un tremblement

Où ce n’est pas vrai que tu n’y es pas.

Guillevic              (« Sphère » – éditions Gallimard, 1963)