voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “ruine

Thomas Duranteau – Ruine


 

( extrait du recueil Gastrolithes)

 

Ruine posée au bord des routes
pour dire l’absence
photo laissée à la poussière

Serrer trop fort
l’ombre d’une empreinte


Pentti Holappa – Parole de ruine


photo perso : Loropeni - Burkina Faso  -  2012

photo perso :            Loropeni – Burkina Faso – 2012

 

Parole de ruine

 


Je veux venir près de toi.
Je ne trouve vrais
ni la pierre, ni le monde ni les distances.
Le coup d’aile d’un oiseau dans le ciel de grand gel dure
aussi longtemps que la ville aux murs coulés de béton

Il m’a fallu me briser avant de perdre mes illusions
Aujourd’hui,
je suis certain que tes cellules m’entendent quand je parle
la langue aux mille sens des ruines
en moi-même, mais rien que pour toi en vérité.


Pentti Holappa

 

 


Départ vers une fête dans un monde de roche et de lumière (RC)


 

Site ruiniforme des causses ( cirque de Mourèze) 34

Quinze ans  que le train se rue …..
et le vent racle
et les perles brillantes des autos se croisent sur les routes.
Il fallait que je m’en défasse,  ——-   il m’en reste quelques autres d’ailleurs.
Pourquoi avoir  gardé  çà tout ce temps.
C’est devenu une fête potentielle,

j’en conserve les confetti et rubans colorés –

peut être aussi quelques cotillons.
Il va falloir tout emporter.
Sur l’île des elfes ?  -sur l’île déserte ?

Mais dans cette île des elfes vers laquelle je me dirige.
Qui aurait pu être une fête dans un monde de roche et de lumière,    -qui le sera peut-être,

Il y aura en moins  le racloir du mistral et la vitesse y sera dominée par les serments géologiques.        Silhouettes sentinelles de vieilles villes ruinées,

 

RC      Juillet – 2003

 


Zbigniew Herbert – Un nuage rouge


Un nuage rouge de poussière
provoqua cet incendie –
le coucher de la ville
au-delà de l’horizon

il faut abattre
encore une cloison
encore un choral de brique
pour effacer la douloureuse cicatrice
entre l’œil et le souvenir

les ouvriers du matin
avec leur café au lait et leurs journaux bruissant
ont ranimé l’aube et la pluie
qui tinte dans les gouttières de l’air sans vie

avec un filin d’acier
dans un silence chargé
ils hissent le pavillon
d’un espace déblayé

le nuage de poussière rouge retombe
passage du désert

à la hauteur des étages disparus
ont surgi des fenêtres hors de leur cadre
quand s’effondrera
la dernière pente
le choral de brique tombera
rien ne ruine les rêves

de la ville qui fut
de la ville qui sera
qui n’est pas

 


Nath -Il sera deux fois à la conjugaison des dunes


Après Marina Tsvetaïeva  et ses  « tentatives de jalousie »…

un retour vers les  « tentatives  de lumière »  de Nath…, qui je ne sais pourquoi, m’évoque un de mes peintres  « phare »:  Chaïm Soutine

peinture – Chaïm Soutine: la folle

Il sera deux fois à la conjugaison des dunes

Je ne sais quel  jour

Tu t’es arrondi à mon épaule

–   tes doigts de poussière ayant cerné

L’instant d’un œil.

Tu as germé ainsi

Sous mon omoplate

Et pousse rouge

L’aile d’un papillon .

La mer est grosse dans la bouche

Du temps.

Vois, frère debout ,

Ton bagage dans mon sang

Tu as décrispé la torpeur de ma poitrine

Lorsque ta cellule

A rejoint la collerette des jonquilles.

A

Mon sang anobli

Gigantesque poudrière,

Des sommeils de ruines,

Des fleurs coupées

Aux verres des convives

Et à droite,

Ton sourire de pierre

Laissant s’échapper les particules de ta cellule.

Je crois que j’entends dans le chant matinal du merle

Quelques lettres tombées du ciel :

« Il sera deux fois

A la conjugaison des dunes. »

Nath 29 mars 2012

mais  évidemment un Soutine, sans la présence  marquée  du rouge  ( puisque  le mot  sang revient plusieurs fois), cela  évoque  aussi ça…

peinture:          Soutine:        dame en robe rouge