voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “sensible

Serge Mathurin Thebault – Toussaint


Choix de Chrysanthèmes…(aussi le symbole de l’Empereur du Japon.)

 

La mort des hommes me concerne

 

Depuis quelques temps

Je lis la page nécrologie

Pour prendre connaissance

Si un quidam de mon entourage

N’a pas pris la poudre d’escampette

Sans avoir eu la politesse de m’avertir

 

C’est  une habitude qui va avec l’âge

Plus on vieillit plus jalonne la route

La disparition d’êtres humains

Qui à défaut d’avoir partagé le pain

Avons en toute insouciance

Becqueter l’oxygène

L’élément indispensable

De la respiration

 

Ce n’est pas que mourir

M’angoisse particulièrement

Le joueur d’échec sait toujours

Qu’il y a fin de partie

 

Soit dit quand même

Je ressens injustice

De voir homme ou femme

De ma génération

Et parfois plus jeunes

Fauchés blés

 

Au beau milieu

De leur déjeuner

Avec l’existence

 

La mort de l’autre

C’est toujours un peu la sienne

Quand je m’échinais dramaturge d’état

Dans le thème obsédant du mal être

Chaque suicidé était un peu de ma peau

Qui pourrissait sans avoir eu

 

Son comptant d’enchantements

 

La lumière cisèle un rai

Au milieu de mes rideaux

Cela éclaire mon carnet

De quelques visages radieux

Que ma mémoire soupçonneuse

Croyait avoir oublié

 

C’est sentiment prenant

Frisson dans la couenne du dos

Larmes que j’aurai mal à retenir

Si je savais pleurer

 

Mais voilà le sensible

Ne connaît pas les pleurs

C’est façon à survivre

Pour pépier en toute liberté

Les détails et les grandeurs

De cette pérégrination ordinaire

Qui ma foi

Pour n’être pas de première main

Autorise de griffonner ces mots

Qui font du bien à ceux

Qui les écrivent

 

Et j’espère aussi à ceux

 

Qui les lisent

 

Soleil de Toussaint

Sur le coin de la table

Pourtant quelque part dodeline

Dans la couette mélancolique

Des nuages

Un cerceau de lune

Où s’attarder entier

 

Dans la soie de l’enfance.

 

 

 

Voilà ce qui me fallait écrire

 

Aujourd’hui sur la mort des autres

 

Qui est toujours mienne.

 

 

Serge Mathurin THEBAULT   .
4 novembre 2012

Rainer Maria Rilke – Presque une enfant


Presque une enfant, et qui sortait
de ce bonheur uni du chant et de la lyre,
et brillait, claire, dans ses voiles printaniers
et se faisait un lit dans mon oreille

Elle dormait en moi. Tout était son sommeil.
Les arbres jamais admirés, et ce sensible
lointain, et le pré un jour senti,
et tout étonnement qui me prenait moi-même.

Elle dormait le monde. Dieu poète,
comment la parfis-tu pour qu’elle n’eût désir
d’abord d’être éveillée? Elle parut, dormit.

Où est sa mort? Ah ce motif,
l’inventerai-je avant que mon chant se dévore?
Où sombre-t-elle, hors de moi ?…Une enfant presque…

dessins:            Andrew Wyeth     extrait de la « suite Helga »

R-M Rilke


Bleu Klein – (RC)


Insensible vêtement de notre vie,

Sensible apparence  de notre vide

Un poids de bleu infinitésimal

D’un léger inter-sidéral

Et les modèles de Klein  s’étalent

Des bleus frottés qui s’emballent

Moulages  du firmament

Drapés – sans  vêtement

La couleur n’est  froide, que si on plonge dedans

Ou si ,  – féroce  – à mordre à pleines dents…

RC  16 avril 2012

En écho à J Michel Maulpoix:

« L’air que nous respirons, l’apparence du vide sur laquelle remuent nos figures, l’espace que nous traversons n’est rien d’autre que ce bleu terrestre, invisible tant il est proche et fait corps avec nous, habillant nos gestes et nos voix. Présent jusque dans la chambre, tous volets tirés et toutes lampes éteintes, insensible vêtement de notre vie. »

 

 

Préparer le "tampon encreur"

 

Yves Klein, l’artiste, qui disait ‘ les tableaux ne sont que les  cendres de mon art  »

et je complète avec la première partie du texte de JM Maulpoix, qui dit;

« Le bleu ne fait pas de bruit.

C’est une couleur timide, sans arrière-pensée, présage, ni projet, qui ne se jette pas brusquement sur le regard comme le jaune ou le rouge, mais qui l’attire à soi, l’apprivoise peu à peu, le laisse venir sans le presser, de sorte qu’en elle il s’enfonce et se noie sans se rendre compte de rien.

Le bleu est une couleur propice à la disparition.

Une couleur où mourir, une couleur qui délivre, la couleur même de l’âme après qu’elle s’est déshabillée du corps, après qu’a giclé tout le sang et que se sont vidées les viscères, les poches de toutes sortes, déménageant une fois pour toutes le mobilier de ses pensées.

Indéfiniment, le bleu s’évade.

Ce n’est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l’air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l’homme que dans les cieux. »