voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “sentence

Sentence blanche – ( Rc )


photo: Désirée Dolron

photo: Désirée Dolron

 

 

 

Jouer de la distance, et des horizons lointains,

Une vie qui s’écoule,   confirme la sentence,

D’où,   chaque jour             s’élance,

Le goût du vain.

Puisé d’une barrique

Se maintient, par une sorte d’habitude,

Le manque ,                      et la solitude ;

Et elle,                        toujours identique,

…Me tire par la manche,

Je suis trop lourd sans doute,    rien ne l’allège,

Et suis, au long des années,      couvert de neige,

Comme tu le vois,              à ma barbe blanche…

 

 

RC –  oct 2014


Patrick Laupin – sans oracle


 

art – auteur non identifié, style Baselitz

 

 

 

Sans oracle

 

 

 

C’était quand même un peu disparaître
derrière quelque chose
derrière le mur physique des paroles
non pas une disparition — une déperdition
mot à mot lettre à lettre et tout le langage
dispersé dans ma tête
où je voulais j’espérais que la compréhension
naisse identique à l’amour
Fête de mai ni feuille ni théâtre
l’ombre noyée de mon angoisse
et la très haute lumière des chambres
froissée dans ce point de rêve endolori
d’où je m’éveillais enfant dans la coupure terrible
et noire d’un point diurne forcené d’irréalité
Que n’ai-je à espérer jour après jour
que la lente amère balancelle d’un présage
Ô signe physique d’un langage
des rythmes sacrilèges
une vitalité presque malade
Des portes un soir ou un matin
quand toute la douleur fêlée
des signes de dissociation
vanne un cri d’appel au creux du monde
du proche et du lointain qui souffrent encore
Ma terre de vision mes rêves de douleur
jamais nous ne sommes semblables
Déjà la masse noire confuse des corps auprès du lac
et l’ironie tragique des arbres sous la pluie
J’ai souffert te servir
j’ai ouvert des portes sans te trouver
je chérissais un principe d’espérance
je me suis retrouvé comme j’étais
triste, imbécile, marchant les deux pieds devant
ne voyant même pas l’âme d’un Dieu frôler mes yeux
Avril ne m’a compté que la cruelle étude apatride
et je n’ai pas vu le vent simple derrière l’ordre
ébloui du monde — Sans oracle
Je me suis mal protégé de ces roses mystérieuses
et fatidiques de l’aurore
qui élèvent en moi leur sentence
comme des temples ou des strophes puériles de la mort..

Patrick Laupin, extrait de La rumeur libre (Corps et âmes), Paroles d’Aube, 1993