voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “sourcils

un furtif passage – ( RC )


visage  street-art  whirlpool     .jpg

Quelle  est cette  lumière  étrange
Qui  ici, soudain,  règne ?
Est-ce  la parole de l’ange,
qui , tout – à – coup,  saigne,
Dans  cette pièce austère
Où rien ne bouge,
Au fond du verre
aux reflets  rouges ?

J’y vois un mur transpercé,
L’éclair fendant les nuages  ;
Ton image inversée,
Celle de ton visage.
L’arrondi des sourcils…
Le reste se fond dans l’obscur,
Une vision, du reste ,          bien fragile,
Qui se dissout lentement dans le mur.

C’est  peut-être un vestige  de la pensée,
Certains y verraient un mirage,
Un fantôme tentant la traversée
des apparences, – comme en furtif passage…

RC – oct 2015

Publicités

Marina Tsvetaieva – Ma maison


PLASHOU2

Ma maison

Sous ses sourcils froncés,

Maison de ma jeunesse,

Comme si j’y étais retournée :

Bonjour, voilà, c’est moi !

Si reconnue, si familière

Sous son manteau de lierre,

Cachant son front, comme gênée

D’être si grande et fière,

[…]

Des yeux sans chaleur

Loin du bruit de la rue,

Des fenêtres le verre

Sans reflet. Toutes nues,

Contemplant un jardin

Depuis cent ans désert,

Sans connaître personne

Et sans voir les passants !

Cachée dans les tilleuls,

Survivance et puissance,

Antique et digne aïeule,

Photo perdue d’enfance,

Négatif de mon âme !

(Vanves, 1932   –  du recueil  » inédits  de Vanves  »  ).


Colère et éclaircie ( RC)


photo perso. Sauveterre

Il y a dans mon ciel,                quelques nuages
Portés par le vent  d’Ouest,        ils envahissent
Les dessus  d’horizons, comme pâte  dentifrice
Et se tordent , à mon humeur, – comme  c’est dommage ! –

de laisser ,à  la colère, toute la place
Et ainsi cacher       le dessein solaire
Des contrastes, –  le monde à l’envers
Des ombres farouches, qui agacent…

Suspendus au dessus du sol, quelques mégatonnes
S’échafaudent,      se bousculent , des projets d’orage
Tardant , maintenant                dans le grand balayage
Alors que                   la trompette d’Eole  s’époumonne

Ayant convoqué la grêle et autres intempéries
Tornades et giboulées,          d’avant l’été
Est-ce donc                       d’avoir tempêté
Que le ciel s’est fendu,          et qu’on en rit ?

En fronçant les sourcils, un peu par ici
Les cumulus sont   allés voir ailleurs
Un paysage plus serein          et rieur,
Ce qui nous laisse, au sourire, une  éclaircie.

RC  -26 mai 2012

-sur le même thème, Rainer Maria Rilke  s’exprimait ainsi:

 

Après une journée de vent,
dans une paix infinie,
le soir se réconcilie
comme un docile amant.

Tout devient calme, clarté…
Mais à l’horizon s’étage,
éclairé et doré,
un beau bas-relief de nuages.

Rainer Maria Rilke – quatrains valaisans