voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “spectacle

Francis Ponge – Le feu


Résultat de recherche d'images pour "fire ashes"

(…) LE FEU n’est que la singerie ici-bas du soleil.
Sa représentation, accrue en intensité
et en grimaces,
réduite quant à l’espace et au temps.  
 

Le feu, comme le singe, est un virtuose.
Il s’accroche et gesticule dans les branches.

Mais le spectacle en est rapide. Et l’acteur ne survit pas longtemps
à son théâtre,
qui s’écroule brusquement en cendres
un instant seulement avant le dernier geste,
le dernier cri. (…)

 

 

 

F P :Le soleil toupie à fouetter, III » in « Pièces

 


Cimetière militaire – ( RC )


Afficher l'image d'origine

On ne voit plus qu’un pré tout vert
                    où pourrait paître le bétail.
Pourtant,    c’est un champ de bataille
habillé de blanc,        comme en hiver.

On distingue des croix anonymes,
comme       autant de noms effacés :
>          c’est la plaine des trépassés :
on n’en compte plus les victimes :

Elles sont tombées au champ d’honneur,
sous les obus,             les mitrailleuses,
–             …. et la plaine argileuse
ne saurait désigner les vainqueurs

les vaincus,        tant les corps se sont mêlés
durant les assauts.
On en a retrouvé des morceaux ,
accrochés aux barbelés .

Pour les reconnaître, on renonce :
C’est un grand cimetière
qui nous parle de naguère :
              Les croix sont en quinconce ,

             régulièrement espacées :
le « champ du repos »
comme si l’ordre pouvait remplacer
de l’horreur,             son tableau .

             Suivant les directives :
             les stèles règlementaires
             émergent de la terre,
             en impeccable perspective

Ainsi,                         à perte de vue
ce sont        comme des ossements,
peuplés des silences            blancs
                              des vies perdues :

                            Ils ont obéi aux ordres.
( Laisser la terre saccagée,
le témoignage de combats enragés,
aurait plutôt fait désordre ).

Sous le feu des batteries,
affrontant le péril,
          il aurait été plus difficile,
de jouer, comme ici,     de géométrie…

On ne peut espérer de miracle:
        Aucune de ces plantations ne va fleurir :
Voyez-vous comme il est beau de mourir !
Une fois la guerre passée,   c’est un beau spectacle…

RC – dec 2016


Marc Desombre – passage des brises


yhv 01.JPG

Tu as réduit le monde au visible
pour mieux l’étreindre
et la soif s’est éteinte
la fée a quitté
la fontaine
 

Pourtant
il n’y a pas un jour sans silence
pas une rime
sans chanson
 

Mais le spectacle finira
les acteurs ne danseront plus
en costume
 

La fille des faubourgs
s’habillera des haillons de nuit
 

Et l’univers sera sa cour

extrait de son recueil  « passage des brises »

 

– See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/le-passage-des-brises/eze-baoul%C3%A9#sthash.05hoRB3l.dpuf


Martin Babelon – Pyrites – extrait – : ( de la Rhétorique des pierres )


Pyrites…

 

 

L’esprit y jouit du spectacle d’une aberrante conjonction de solides physiquement mais non géométriquement incompatibles : on tient dans sa main, lourde,  la pure contradiction.

Avec la force irréfutable de son silence, l’objet m’objecte que l’impossible est possible ; sa texture ne se pose que pour se  soumettre à l’impératif aporétique de sa structure.

D’où l’implosion nihiliste vociférée par la chute de la dernière phrase.

Je pense à certain carré blanc sur fond blanc:  s’agit-il d’un carrré, de deux  carrés, ou d’un carré encadré ?

 

Composition suprématiste blanc sur blanc – 1918 – K Malevitch


André Laude – Nous n’habitons nulle part ( Testament de Ravachol )


dessin; street art de Banksy

Nous n’habitons nulle part nous ne brisons de nos mains

rouges de ressentiment que des squelettes de vent
nous tournoyons dans un désert d’images diffusées par les
invisibles ingénieurs du monde de la séparation permanente
retranchés dans les organismes planétaires planificateurs
infatigables du spectacle
nous ne sommes rien nous ne sommes qu’absence
une brûlure qui ne cesse pas nous n’embrassons nulle bouche
vraie nous parlons une langue de cendres nous touchons
une réalité d’opérette
nous n’avons jamais rendez-vous avec nous-mêmes
nous nous tâtons encore et toujours
nous errons dans un magma de signes froids nous traversons
notre propre peau de fantôme
le soleil du mensonge ne se couche jamais sur l’empire de
notre néant vécu atrocement au carrefour des nerfs
nous n’avons ni visage ni nom nous n’avons ni le temps
ni l’espace des yeux pour pleurer trente-deux dents
totalement neuves pour mordre
mais mordre où mais mordre quoi
de fond en comble toutes les chaînes
autour desquelles s’articulent nos chairs nos pensées
d’aujourd’hui
jusqu’à ce qu’elles cassent dans un hourrah de lumières de
naissances multiples
décrétons le refus global
les jardins des délices tremblent et éclairent au-delà
la révolte met le feu aux poudres
taillez enfants aux yeux d’air et d’eau les belles allumettes
dans la forêt des légitimes soifs
taillez les belles allumettes pour que flambe le théâtre d’ombres universel.

(In Testament de Ravachol)