voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “tempo

Patrick Cintas – tic-tac somnambule


Image associée

 

Dans leurs molles longueurs

Encerclées de minutes

Les cadrans de nos cœurs

Sont des montres hirsutes

Les aiguilles en escrime

Se défendent pas mal

Et piquent de leurs rimes

Identiques notre mal

Mal d’amour malhonnête

Maltraité mal pensé

Malaxé sans arrêt

Dans des moules à galettes

 

Le tic-tac somnambule

La chanson trop chantée

Le tempo sans recul

Sur l’impuissant passé

Fixent toutes nos chances

Dans un mouchoir trempé

D’indifférence vraie

D’intolérance rance

 

Il n’est point de médaille

Pour ce combat injuste

Le sort est qu’il se traille

La meilleure part du buste

Le tricorne de la gloire

Empereur éternel

Sur la nature dont l’art

Est de mourir sénile

Militants acharnés

Durant toute une vie

Du bonheur échappé

Par mélange de l’esprit

 

Le tic-tac somnambule

La chanson trop chantée

Le tempo sans recul

Sur l’impuissant passé

Fixent toutes nos chances

Dans un mouchoir trempé

D’indifférence vraie

D’intolérance rance

 

Et le cœur trop petit

Au cadran bien trop grand

Se déchire p’tit à p’tit

Aux aiguilles contretemps

Si l’amour propre et pur

Peut y mettre son trône

L’éternité s’ra sûre

D’être notre personne

Sur les rives désertées

Dans les ports asséchés

Renaîtront les amants

Et la barque du temps

 

Le tic-tac somnambule

La chanson trop chantée

Le tempo sans recul

Sur l’impuissant passé

Fixera nos limites

À savoir que l’on est

À savoir qu’on mérite

Puisqu’éveillé d’aimer

 

 

 


Angèle Paoli: All blues


 

 

Article inspiré  de la page  de blog  de  http://lebontempsdelavie.centerblog.net/

qui inévitablement  fait penser  au célèbre disque  de Miles  Davis  en Quintet,  « Kind of  Blue », qui a  marqué  durablement  l’histoire du jazz

 

L’Azur se courbe

et devant ton œil

bleu déclin

le baume cerisier blanc

de tes caresses

savamment décline

sa rhapsody

blue

strompin’ at the Savoy

le pianiste

aux doigts de cristal

étire

de Bessie les langueurs

désirables

et pianote

tempo blasé

les notes désenchantées de saveurs

oubliées

le blues le blues le blues

ronge ton âme esseulée

songe songe songe

à la lenteur du temps

qui s’écoule

se délasse et s’enlace

en cet instant

tandis qu’au ciel glisse

un long goéland

et qu’au firmament

passe la trace

ardeur de tes rêves

brûlants

Angèle Paoli

kind of blue