voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “tourments

Petits chagrins et grands mépris – (Susanne Derève)


 

Michel Cure Sidonie

                                                   

                                             Michel Cure  – Sidonie 

 

 

Je bricole, je répare

les petits tourments de la vie

et parfois les grands

Faut voir

 

Peut-être suis-je la mémoire

de ceux que tout a trahi                                                   

qui se détournent du miroir

où traine un vieux reste de gloire

dont ils ont dû payer le prix

 

Je remmaille, je rapièce  

Non, je suis pas payée aux pièces

et j’accueille au creux de mes bras                

la grande peur de cette abbesse

faneuse qui  soumet les rois      

 

Devrais-je dire le chagrin de ceux

qui n’ont que le mépris en gage

et qui s’en vont un beau matin

offrir leur colère en partage

en rêvant à d’autres destins         

    

        

Je bricole, je répare

les petits tourments de la vie

petits déboires et grands mépris

et dans la tombe chaque soir

je les enfouis

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Esther Tellermann – Revint l’épine


 

art: détail  de châsse  -  trésor  de Cluny

art: détail de châsse – trésor de Cluny

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Or la langue est derrière
les rivières longées
les digues
et comment traverser
3 matins de rondins et de boue
Vides
nourris
de leurs gravats
ou saints
Faisant narration des tecks
des tourments
des doctrines
Signifiant la lenteur
Cherchant le point où s’abîme
pour toi je fixe
la bande d’or
Dans la fournaise où nous comptons
Afin de reculer
l’issue
Revint l’épine
avec le Dieu lissé
ou sous l’ortie
sa part était
et tous ceux de poussière


Alejandra Pizarnik – Il faut sauver le vent


 

peinture          : P Prudhon –       la vengeance  poursuivant le crime

Il faut sauver le vent
Les oiseaux brûlent le vent
dans les cheveux de la femme solitaire
qui revenant de la nature
tisse des tourments
Il faut sauver le vent.

(L’arbre de Diane)


Ce qu’emporte le vent d’automne ( RC )


peinture  et collage  -  Alberto Burri  1959

peinture et collage –           Alberto Burri           1959

Au sein de l’espace mouvant, tangue le tourbillon

Des points de lumière, agités par la rose des temps,

                Vent d’automne chassant les certitudes,

Sur mes pieds ,     à ton corps allongé ,      ces rayons

 

Comme renvoyés par un kaléidoscope,

Et les troncs, de la forêt   dense

Scintillant de milliers de petits miroirs,

Lueurs dispersées selon des accords de harpe,

 

Nous avons été des enfants,

Portés aux bras de l’amour,

Savourant         sans les connaître,

La forme   et le parfum des choses,

 

L’espace qui nous entourait , si vaste,

Les champs ployant sous le soleil,

Et tu étais donnée, par ta simple présence,

Comme une évidence.

 

L’espace a basculé,

Sans qu’on le remarque,

Les nuages insouciants,

Délimités de contours blancs et nets,

 

Se sont ligués en une masse indistincte et terne,

Les tourments du monde ont fini

Par installer doutes et rancoeurs,

Et l’insouciance s’est dissoute.

 

Un éclairage faux    a fini par nous happer,

En dispersant feuilles , oiseaux,

Et même le goût du bonheur,

>    Nous souvenons-nous de l’avoir goûté ?

RC-   10 septembre  2013