voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “trottoir

Julio Ramon Ribeyro – cendrier


Résultat de recherche d'images pour "cendrier mégot"

L’habitude de jeter mes mégots par le balcon,
en pleine place Falguière, lorsque je m’appuie au rebord

et qu’il n’y a personne sur le trottoir.

C’est pourquoi cela m’irrite d’y voir quelqu’un  lorsque je vais faire ce geste.

“Que diable fait ce type dans mon cendrier?”        me dis-je.

 

Julio Ramon Ribeyro


Jacques Borel – la trace


Résultat de recherche d'images pour "trace mur"

 

LA TRACE

 

À qui veux-tu parler ?

Les trottoirs sont déserts,

Un petit soleil mort

Ou le crachat d’hier

Se sèche sur le mur.

O veine de mica,

Tesson, mucus, paupière,

Trace d’une lueur

Absorbée par la pierre,

Ne t’éteins pas encore,

Reste d’un geste humain

Ou souvenir du jour,

Illumine ce peu

D’espace consolable

Où ma vie comme un poing

Serre ses derniers rêves  .

 

extrait de  « sur les murs du temps »


Sur la face à Gainsbarre – ( RC )


R de Paris  -  Gainsbourg  tag au sol    01_re-ns-er

photo         A Garcia        2016   Paris

 

 

J’ai marché sur un visage,
C’était une trace laissée sur le sol,
une trace de passage
( pas de celle que l’on décolle ) .

On voit trop de choses sur les murs,
tant et tant ,       que l’on s’en fiche…
il y aura toujours d’autres affiches,
ou des graffitis de peinture…

Mais là,         c’était sur le trottoir:
foncé ,        comme qui s’enrhume,
…       Aplatie sur le bitume,
la face à Gainsbarre…

– RC –

 


Pierre Autin-Grenier – Toute une vie bien ratée ( extrait )


image - montage  perso  juillet 2015

image – montage perso juillet 2015

 

 

C’est bien parce que j’avais encore tout l’après-midi devant moi pour ne rien faire que je me suis laissé doucement glisser
dehors tel un oursin se détachant de son rocher pour s’en aller vagabonder au gré des flots.

Toujours il pleuvait à verse.
Mais je préférais me faire saucer jusqu’à la moelle plutôt que m’esquinter l’âme à trimballer un parapluie ; n’ayant nulle
part où aller, peu m’importait d’y arriver mouillé et je gardais ainsi entière ma liberté.

Des idées un tantinet loufoques, inscrites à la craie dans ma folle cervelle, commençaient à se diluer sous cette bouillabaisse tombée des nues et me ruisselaient maintenant le long du cou jusqu’à me faire frissonner l’échine d’insouciance et de volupté.

La pluie faisait flicflac au-dedans de mes souliers et ce curieux clapotis, aussi bizarre que cela puisse paraître, s’accordait bien aux petits morceaux de Bach qui parfois revenaient violoner dans ma tête.

D’un trottoir l’autre, plus j’avançais dans la journée, plus je
trouvais que mon système de me laisser flotter était parfaitement au point et l’ivresse du vide qui s’ensuivait vraiment me
comblait au-delà de toute espérance.
Quand j’ai regagné mes pénates et que j’étais à tordre pire qu’une serpillière, je me suis un bon moment senti un peu poète et cette étrange impression m’a rendu le coeur léger au point qu’il ne m’a pas paru utile d’user mes forces et mon temps à me sécher.

J’ai simplement ouvert large la fenêtre pour laisser pénétrer les senteurs du soir, si particulières quand la terre est trempée, et ça faisait comme un parfum de pétunias relevé d’une pointe de pivoines ; ce mélange m’a semblé tout à fait propice à encore naviguer à la godille et rêvasser en diable jusqu’à nuit tombée. Ce que j’ai fait, mon Dieu, sans trop de difficulté.
C’est quand le sloughi de la voisine s’est mis à hurler à la lune que la pluie soudain a cessé. Je me suis posé sur l’appui de la fenêtre, les guibolles ballant dans le vide, et dans le ciel des étoiles à tire-larigot me faisaient des clins d’oeil complices et les constellations, la Grande Ourse et le Dragon notamment, des petits signes amicaux.

J’ai trouvé ça plutôt encourageant.
Je venais d’échapper toute une journée à l’industrie, je m’étais soustrait des secondes, des siècles, aux soubresauts haineux du monde ; au mitan de ma vie j’avais en somme apprivoisé pour moi l’idée simple qu’il n’est pas plus mal d’avoir tout raté.

Ce n’était pas rien ! Je suis allé me coucher, flottant toujours et bien fatigué.            Comme tout le monde.


Robert Piccamiglio – Je rentre au cabaret


 

Packgause

 

Yuri Laptev

 


Je rentre au cabaret
mater des vieux travestis
qui crient comme des singes
échappés d’une cuisine

Je croise en sortant
un gros bébé
qui a dans la tête
une caisse enregistreuse
noire et vide
la combinaison est compliquée

Ensuite je me retrouve
sur le trottoir
en train de chercher
à quatre pattes
mon laisser-passer
pour rentrer chez moi

J’ai la tête comme un bunker
quand dedans
ça se met à tirer
de tous les côtés
à la fois

Enfin je me relève
me coince dans la bouche
une cigarette parfumée
et importée de Thaïlande
je vois alors le ciel
qui avance et qui vole
plus vite

que les supersoniques
et puis la cigarette
s’éteint très vite
le matin rentre vite fait
son dentier dans sa bouche

Je descends dans ma tête
le store métallique
je ne fais pas de bruit
ce n ‘est pas plus compliqué
que ça.

 

( Poème affiche )


Marcel Olscamp – Piazza Navona


   photo : Emanuel Tanjala –                         fontaine des 4 rivières piazza Navona                   Rome

Les bruits des rues séchaient déjà
fragiles dans leur nuit de pluie
lorsque l’amant de ton roman
sortit transi de ta valise
en répandant sur le trottoir
la rumeur douce de ces heures
où tu lisais en m’attendant
Alors j’ai roulé les rues
comme une langue amère
et j’ai relu ma chambre
avec mes draps sans toi
presque sans moi

.


On n’invente plus la pluie (d) – ( RC)


photo –      favelas au Brésil

Autour de la colline brune,
La rivière s’enlace …
De tôles et de planches,
S’agrippe le bidonville,

Emergeant sous la lune,
Autant qu’il s’entasse,
Oscille et se penche,
D’hésitations malhabiles…

Aux horizons noircis de fumées
Des usines assez proches
Ecrivent le labeur,
Et les cités dortoirs

La ville d’écailles ,de nuit allumée,
Vue d’en haut       – assez moche –
Est pleine de dormeurs.
La pluie, ruisselle sur les trottoirs…

RC    21 août 2012


Jean-Claude Pirotte – la fille, le bossu


Extrait du  « Promenoir magique »

art: pierre scandinave VIIIè siècle

 

 

 

 

 

 

à la fille qui lui dit viens

l’homme promet sa chemise

les néons luisent dans le noir

et le filet d’eau du trottoir,

le bossu qui passe en boitant

ne peut jamais se retourner

à cause de sa bosse

et puis aussi du fardeau des années
mais les bossus deviennent rares
les tout derniers sont clandestins

comme dans la chanson

si tu vois un bossu

pense à ton destin


Arthémisia: – Au Bord de l’explosion


 

Elle descend.
Elle tombe, lourdement, fluide épais et visqueux, fuel bleuté et métallique.
Sa couleur pourrait être froide mais sa consistance dit le contraire. Elle fraye avec la caresse.
Elle se tord autour de tous les objets, autour de toutes les images.
Elle entortille, emballe, lace de ses bras fluides et lisses, de ses jambes accortes, enrobe de ses sucs, enrubanne de ses étoffes sombres. Tout est soudain cadeau, merveille orientale, Taj Mahal, mirage.
 
La pacotille déposée sans grâce sur la commode brille d’un éclat adamantin.
 
Les tissus amollis sur les tommettes en capturent honteusement les rougeurs provençales.
 
Les couvertures des livres se raidissent dans le cavagesque repère orthonormé de la bibliothèque et jouent un mikado d’ombres à la parade. Gauche – droite ! Gauche – droite ! Rectifiez la position, braves petits soldats de papier…
 
Les nus suspendus au mur, s’incarnent en hauts reliefs chryséléphantins. Ils résistent inertes mais j’entends déjà leurs cœurs battrent. Je ne cherche pas d’explication. Ils sont de ma chair.
 
Le rideau pacifique ne remue que d’un silence éteint et le drap crayeux prolonge ton corps endormi en vagues laiteuses sans écume. Où nages tu ?
Les deux chaises 1900 se parlent-elles ? Seuls les ans le savent. Trouvées sur un trottoir, elles poursuivent leur duo secret auquel je n’ai pas encore eu accès. Serai-je déshonorée si je vous dis que mon imagination rose leur invente des histoires d’Amour pas toujours romantiques ? Vous m’avouerez : que pouvaient elles bien faire là où je les ai trouvées à part racoler?
Me voilà proxénète.
Ce soir, j’ai faim.
Les lèvres entr’ouvertes de la nuit me nourrissent.
D’une sérénité au bord de l’explosion.
Copyright © Arthémisia – juillet 2007
Accompagnement peinture            : Mark ROTHKO – Rouge, blanc et brun
A noter  que beaucoup de ces toiles  dans ces tons  brun et rouge  sont  présentées  à la Tate Modern  de London