voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “vacances

Passer par le mur de l’eau ( les migrants ) – ( RC )


photo: naufragés maliens sur les côtes italiennes. Provenance Maliactu.net

C’est sec, épineux, et ici on mange des pierres .

On survit comme on peut .

Et puis ceux qui ne peuvent pas,

Mangent leur désespoir.

Ils se décident alors, à franchir le mur.

Un mur différent des autres.

Pas de béton, ni de barbelés.

Il s’étend à l’horizontale,         liquide.

Tes frères ont embarqué

Dans des bateaux si lourdement chargés,

Qu’ils penchent de leur poids de misère .

La mer, puisque c’est elle,

Se termine dans les esprits, quelque part,

                     Bien au-delà de l’horizon ,

Par des pays que l’on dit riches .

C’est              ce que dit la télévision,

Le rêve est à portée de mer.

On ne sait ce qui est vrai,

( Ceux qui sont partis ne sont pas revenus ) ,

               Le rêve entretient l’illusion,

Nombreux sont les candidats,

Ils ont misé leur vie pour un voyage

        qui n’a rien d’une croisière :

Ils ont chèrement payé les passeurs

Comme en jouant à la roulette :

Faire confiance au destin,      aveugle

Sans savoir où il mène.

Les dés jetés sur le tapis bleu  :

Avec la question

          « Coulera, coulera pas ?  »

Cela ne dépend plus de toi

Le mur d’eau        reste à franchir :

C’est un espace sauvage,

Avec tous ses dangers

         La progression est lente ;

                        Elle n’en finit pas

On dit qu’il y eut de nombreux naufrages,

On dit,    (  car les morts ne parlent pas  ) ,

Mais les cris, avec le gémissement du vent,

Ou les vagues hostiles,

Qui se lancent avec fracas

Contre la frêle coque  .

           Si tu vois un jour les îles,

         Des pays étrangers,

Tu auras eu la chance, beaucoup de chance,

         – remercie les dieux –

         De voir de tes yeux

          Cette carte postale   ! –

Que tu pourrais envoyer,

     – Si tu survis,-

Une fois arrivé  ,

A ceux de ton pays natal.

Maintenant, il te faut plonger,

Nager,           nager  jusqu’à épuisement

Car          la traversée ne comprend

pas de canots pour les naufragés.

Après cette épreuve redoutable,

          Migrant, si ton corps

T’as permis d’arriver à bon port,

Te voilà sur le sable .

           Mendiant de la vie

Avec une dizaine de rescapés.

Ils ont eu comme toi la chance,

Que le hasard leur ait souri,

Touristes malgré eux, arrivés

Dans un club de vacances .

        D’autres se sont échoués,

Dans la nuit, dans ce havre.

        Mais ils sont immobiles,

Sur la plage lisse.

Ce sont des cadavres,

Que vient compter la police.

Au concert des nations,

      Le mur de la mer,

Est aussi une frontière ,

D’où suinte la misère,

Celle des pays en guerre.

Un mur des lamentations .

RC –  juin 2015

Au sujet des touristes  « malgré  eux »…on pourra  se reporter  au film de Costa-Gavras,  « Eden à l’Ouest »

ainsi  qu’à cet article tout récent relatant la juxtaposition des « vrais » touristes, aux migrants, sur l’île de Kos  ( Grèce )


Destination – Afrique -exotique (RC)


Image; Th Sankara   – ( ex président du Burkina-Faso,   – assassiné)

 

Un ptit tour en Afrique ?

Des pays en devenir

Le rêve ou l’avenir,

Je vais en touristique

 

Ne parlant que de moi

Du côté bien-heureux

De ces gens chaleureux

Je vous jure, de toute bonne foi

 

Ici,           point on ne gèle

C’est déjà     un avantage

Du fait de mon grand age

D’ailleurs je vais dans les hôtels


Les quatre étoiles me vont bien

Le tapis rouge est là

Sous mes gestes las

On ne manque de rien

 

A mon service on s’précipite

Et c’est si sympathique

Ces pays , de noms exotiques

Que les gens noirs habitent

 

Surchargés de peaux d’ombres

C’est un          beau camouflage

J’avoue,                 avec l’usage

J’apprécie                le sombre

 

Au coin du           restaurant

Y en a qui tendent      la main

———-A chacun son destin …

Partout y a       des mendiants

 

Toujours prêts à profiter

Des touristes de passage

Encombrés de bagages

Au soleil de l’été  !!

 

Ils ont pourtant dla chance

D’écouter dla musique

En mouvements diaboliques

Favorisant la danse !

 

Ici c’est l’beau temps

Et pas b’soin d’parapluie

La pluie, çà, c’est d’un ennui !

Qui fait fuir les gens…

 

—J’ai entendu aux infos

Que l’on parlait de guerre

De faim et de misère

Mais tout cela est faux

 

Ou , c’est un peu  plus au nord

Y a toujours des gens

Qui sont jamais contents

Et qui comptent les morts

 

De défilés en parades

Y a eu d’l’animation

Des soldats en mission

Qui montaient la garde

 

Au bout de l’avenue

Et ils jouaient les durs

Mais avaient de l’allure

Avec leur belle tenue

 

La casquette à visière

Des gradés arrogants

Avec leurs gants blancs

– ce qu’ils étaient  fiers ! –

 

Enfin ici, c’est cool

D’abord je m’en balance

Je suis là, en vacances

J’ai même  joué aux  boules

 

Avec le cuisinier

Il était très aimable

Sur la plage, sur le sable

Et sous les palmiers

 

Puis  sieste en transat

Le cocktail en main

Cà vaut pas le vin

A l’abri des nattes

 

Il fait très chaud ici

Mais sans faire de frime

Y a aussi la clim’

Qui fonctionne  aussi

 

J’aurais pu aller ailleurs

Mais quelle importance

Pour  être en vacances

—–Y a toujours meilleur

 

Le décor  original

Pour un court séjour

Vaut ce petit tour

Bamako,, et Dakar, au Sénégal

 

Vivant à l’occidental

Le quartier d’la plage

Est un gros village

Faut qu’j’envoie mes cartes postales.

 

 

pour souligner un certain contraste entre mon texte  « touristique », au second degré,

et certains ressentis poétiques  concernant le même pays,

ou l’actualité de certains pays d’Afrique: récemment la Côte d’Ivoire,  aujourd’hui le Mali..,  rendez-vous  sur cette page de la poésie-actuelle…  qui  a pour mot clef,justement,  Bamako…