voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “végétaux

Une île d’écriture – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "arbre humain"

 

Il y a bien un moment, où le bateau,
à force de dériver, accoste à une île.
Je suis d’abord méfiant,   puis y risque quelques pas,
on ne sait quel sera l’accueil.
>                      Je laisse passer du temps.

On apprivoise l’île et ses occupants,
animaux, végétaux et humains
( s’il y en a ).

Inversement l’île apprivoise,
on dirait qu’elle veut m’inclure dans elle,
faire connaître ses humeurs,
à travers ses mangroves,    ses lianes,
ses singes et insectes .

Les fruits exotiques sont mon apéro,
et j’ai trouvé un abri
pour les jours de pluie.

Bientôt je vais me greffer aux arbres,
je serai leurs racines,
et une extension de feuillage,
comme si avant    j’étais une chose morte,
et qu’alors       j’eusse renoncé à l’inutile.

C’est ainsi que j’ai abordé         l’île d’écriture,
porté par les alizés,
et maintenant              je fleuris d’encre .

RC – oct 2017


Suivre ses propres traces ( RC )


photo:        maison-boutique abandonnée Arizona

Le vent habite le village désert,
Les portes  se sont refermées sur le silence,
La vie est partie ailleurs.

Je passe au travers de palissades,
Et de jardins encombrés de broussailles,
Les bassins d’où l’eau s’est évaporée.

Des pompes d’un autre âge, gardent la station service
Végètent d’antiques véhicules
Aux pneus affaissés

Aucun chien errant ne vient plus
Aboyer sur mon passage,
Où les végétaux se referment lentement.

Juste des empreintes de pas,
Conservées dans la boue sèche,
>            Leur taille correspond à la mienne.

RC- 24 juillet  2013

photo provenance

 

tentative de traduction

 

The wind inhabits the deserted village
Doors closed on the silence,
Life has gone elsewhere.

I pass through fences,
And cluttered brush gardens
The Pools  wherefrom water has evaporated.

Pumps of another age, keeping the gas station
Languish antique vehicles
Tires sagged ,

No wandering dog ​​no longer comes
Barking on my way,
Where the plants are closing slowly.

Just footprints,
Kept in dry mud,
>            Their fits are like mine.


Il y a tout à apprivoiser, du présent ( RC )


peinture:           Sandro Botticielli;       la naissance de Vénus   1490

D’abord fermer les yeux et les ouvrir ailleurs.

Et puis s’efforcer de la suivre «  à l’instinct »

Comme sauter à pieds joints dans un autre monde.

 

Couleurs déplacées, ombres allongées, végétaux inconnus.

Elle ne connaît d’attraction terrestre,

qu’un pied léger, posé sur le jour qui naît…

 

Les combinaisons de soi , à elle
les mots qui lui parviennent, ne sont plus les mêmes

Chargés de sens et d’irisations multiples

Un ensemble silencieux, refermé sur son mystère,

 

Peut-être à contourner, faute d’avoir les clés du passé.

J’ai ouvert les yeux, finalement, à l’audace d’une fusion,

A l’harmonie d’un jour auquel elle accorde des touches de soie,

 

Comme la naissance de Vénus, de Botticielli,

Ayant l’évidence d’une éclosion,     unique et attendue, à nos yeux neufs,

….   Il y a tout à apprivoiser, du présent.

 

RC  – 26 mai 2013


Autres usages d’un temps ( RC)


Photo perso..; Tiebele,   chefferie de Guénon, Burkina-Faso

 

 

 

( impressions d’un cheminement dans le temps  décalé  :  en Afrique Noire )

 

 

Suivant l’âne et Charles  avec sa carriole

Le chemin se serpente à travers la brousse

Et l’après-midi file à l’ombre épaisse des manguiers

 

Jusqu’aux portes des concessions

Eparses dans les champs  craquelés de sec

Les histoires de la  vie quotidienne

 

Les échos d’une fête lointaine

Dans la matière palpable de la nuit

Se sentir ailleurs – et sentir l’ici

 

D’autres usages d’un temps

Sans électricité et artifices

Sous les étoiles si pures

 

Qu’on pourrait relier en touchant du doigt

Par quelques années lumières

En rencontres possibles des mondes et galaxies

 

Sentir ailleurs – l’ existence dans le hasard.

Sentir l’ailleurs  ici,  à cheval sur un présent

Et des traditions millénaires

 

Ouvertes aux végétaux de majesté

Et l’occident    – improbable

D’abstraction ,  à capturer la fatalité

 

Et la poussière d’espaces

En espoir de  pluie nourricière.

Destin de saisons et d’inéluctable

 

Sous la voûte des tropiques

Et l’arbre à palabres.

 

 

RC  20-mai 2012