voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Venise

Au bord de l’aquarelle – (RC )


aquarelle: William Turner – Venise

Les couleurs transparentes se posent,
Et laissent les reflets en papier blanc,
Il faut les contourner,
Pour que la caresse de l’éclat
De la lumière,
Prenne tout son sens,
Et que le ciel éblouissant,
Se tienne à distance,
Des  eaux tranquilles,
Et des palais de Venise.

Le coeur se serrerait
A oublier ce paysage,
Saisi dans un instant,
D’un crépuscule,
D’un soleil sanglant.
Et le vent,
Echappé d’une bouche noire
Resterait palpable,
Presque,
Au dessus des navires,
Approchant du port…

Chaque détail, accrochant la lumière,
Reste ici, inscrit
Il traverse notre regard,
Comme celui du peintre,
Et nous parvient dans une aube nouvelle,
Un coin de la mémoire,
Une vague suspendue,
L’ombre des pins,
Superposée à elle-même,
Lovée dans le perpétuel
Mouvement du temps …

…Au bord de l’aquarelle.

RC- janvier  2014

aquarelle John Singer Sargent – Venise: Ponte San Giuseppe di Castello 1903


Il se pourrait, il suffirait – ( RC )


photo: Andreas Feininger

                                 photo:     Andreas Feininger

Il se pourrait                       que tu regardes
Ce qu’il reste         d’une flamme éteinte,
Un pétale humide, laissant son empreinte,
Dans ce livre aimé, sous la page de garde…

Une trace décolorée,
Un parfum évanoui,
Un sourire enfui,
Une porte dorée….

Il se pourrait            que tu pleures,
Et que tes yeux se lâchent,
Les pages en garderont des taches,
Presque invisibles ,      du coeur…

Changent les saisons,
Le printemps s’est éteint,
Tu as suivi d’autres chemins,
Emportée par les vents, contre la raison…

Il se pourrait                         que tu lises,
D’anciennes lettres, d’anciennes missives,
Egarées sur d’autres rives,
Que c’est loin,         le temps de Venise…

Les détours des ruelles,
Les ponts sur le Rialto
Comme ses palais, notre amour a pris l’eau,
Celui,                        qu’on pensait éternel.

Il se pourrait                    que tu trouves,
Dans toute cette paperasse,
Dans ce qui ne s’est pas dissous, un lien, tenace,
Qui dans ces pages couve…

Pour redonner un espoir
Ressouder les mains,
Et permettre aux lendemains,
De repeindre le soir.

Il suffirait que tu viennes,
Pour redonner des couleurs,
A ces anciennes fleurs,
Si tu es toujours            magicienne.

Il n’y a pas de danger,
Pas de risque de drame,
Même,                 à activer la flamme,
…Tu vois,              je n’ai pas changé.

RC – 23 novembre 2013

 


Sous les spots électriques ( RC)


photo :       Andreas Gursky

Sous les spots électriques,

Trône, quelque part, invisible,

Le gardien des lieux,

Veillant au parcours fléché,

Du trajet sans surprise,

Des consommateurs,

Où les seules idoles,

Parées de pancartes voyantes,

Indiquent les arrivages massifs,

Les nouveaux produits,

Bonnes affaires et promotions,

En tête de gondoles.

De ces gondoles aux flots tristes,

En allées rectilignes,

Rien de rappelle Venise,

Ses fastes et ses misères,

Ni les eaux des canaux,

Se mirant dans les cristaux.

On trouve bien parfois , reconstituées,

Des images, qui parlent voyages,

Et autre rivages,

Des colonnes en béton,

Et quelques statues copiées,

Evoquant l’antique.

Mais c’est pour le décor…

Créer une ambiance sympa,

Mettant au second plan,

Les cliquetis des caisses enregistreuses,

( D’ailleurs,  on va le changer bientôt,

On s’approche des fêtes de fin d’année ) .

C’est juste à côté d’un espace

Où un vendeur, micro à la main,

Vante les mérites d’une auto,

La voiture est blanche ,

Et montée sur une estrade,

Elle tourne lentement, sous des banderoles jaunes.

Des palmiers dans leurs pots,

Sous la coupole en verre,

De la galerie marchande,

Voisinent la succursale d’une banque,

Une enseigne de chaussures,

Et une pharmacie.

Sur le sol de marbre,

Et aux allées larges,

Des personnes pressées,

Poussent leurs emplettes

Dans des chariots identiques,

Vers le grand parking.

Les gens doivent trouver bizarre,

Que je sois assis là,

Sur un banc en plastique,

Le stylo qui bave, à écrire tout ça,

Au moins je suis à l’abri,

Dans l’hypermarché.

Je n’ai pas assez d’argent sur moi,

Pour m’acheter, un papapluie.

A la cérémonie du temps perdu
Il y a si peu de nuages à vivre
Et désormais le soleil

Est dans l’instant *

 

* ces 4 lignes extraites de L’exigence du feu, d’Antoine Carrot, 

RC- septembre 2013


Le défilé des images ( RC )


Afficher l'image d'origine


En suivant les traces du temps
Comme des empreintes laissées dans la boue,
Il y a,                         sur ce fil,
Le défilé des images
De celles qui marquent un instant
Et finissent par pâlir,

Cartes postales oubliées au fond des tiroirs,
Restes d’affiches de campagnes électorales,
Catalogues fournis pour produits d’antan,
Et aussi les albums épais,
Des photos de famille.

Je parcours le tout,
Où se transforme,
En épisodes chronologiques,
L’univers,      même réduit au dehors,
Bordé de maisons proches,
Qui s’enhardissent de grues,
Et deviennent immeubles.

La famille rassemblée,
Au pied de l’escalier,
S’est agrandie d’un nourrisson,
Maintenant debout sous un chapeau de paille,
Puis, regardant sur la droite,
Le chat gris faisant sa toilette,
Que l’on retrouve seul, enroulé sur lui-même.

Ensuite, c’est une tante de passage,
Dans ses bras, une petite soeur arrivée…
>      Tout le monde est gauche,
Dans ses habits du dimanche,
Après le repas,
Peut-être suivant le baptême;
….           Il fait très beau dehors.

Ce sont donc des photos du jardin,
Les enfants jouent au ballon,
.         Le tilleul a étiré son ombre,
Au-delà de la grille voisine.
Plus tard,  toujours sur l’escalier,
Les habits suivent une autre mode,
….Dix ans se sont écoulés.

Le grand-père n’est plus,
Les allées sont cimentées,
La perspective est close,
D’un nouveau garage,
Occupé d’une  voiture,
Brillant de ses chromes,
Elle apparaît sombre,
Peut-être verte…

Un autre album,
Tourne la page d’une génération,
Le format des images a changé,
Issues d’un nouvel appareil.
C’est maintenant la couleur,
Témoignant des années soixante.

L’extravagance des coiffures,
Et des motifs géométriques,
S’étalant sur les murs,
Le règne du plastique,
Et du formica,   qui jalonne encore,
Les meubles rustiques      en bois.

Quelques pages plus loin,
Les teintes sucrées,
De photos polaroïd,
Donnent dans la fantaisie,
Des portraits déformés,
Pris de trop près,
Et surtout le voyage à Venise.

Gondoles et palais,
Trattorias et reflets…
Les lieux soigneusement mentionnés,
Au stylo à bille ….
>         Le beau temps tourne à l’orage,
—–  On suppose une  dispute,
Car l’album s’arrête là,

En mille-neuf-cent-quatre-vingt,
Sur la photo de l’amie,
Partie sous d’autres horizons,
Rageusement  déchirée,
Puis, maladroitement recollée,
Les souvenirs ne sont plus de mise,
Et restent clos dans le tiroir.

Le défilé des images,  lui,      s ‘immobilise.

RC  – 10 et 11 août 2013

un texte qui fait  « pendant  »  aux  « lamelles immobiles »


Venise déserte en sa nuit tiède ( RC )


photo HDR: Daniel Laurentin Adam

 

D’anciennes façades  décrépies,       sont comme  tachées,
Une végétation touffue croise ses bras verts pour cacher
Une grille que nul ,      depuis longtemps, n’a fréquentée,
Scellée par la rouille,  –      et dont personne n’a la clef

La fontaine est muette,  l’eau ne chante plus sous le tilleul,
La vasque est presque remplie  de feuilles  en deuil,
Et de papiers, qui se soulèvent  avec le vent
La place,  désertée par l’été et les gens

On ne comprend pas où mènent ces escaliers
Qui s’élancent, puis, s’arrêtent par paliers
Vers une  tour          en partie détruite
Et que plus personne  n’habite

La nuit  est tombée, accompagnée par la lune
L’humidité  s’étale,  de la proche lagune
Le satellite, se double  d’un halo
Qui se mire dans les  flots

Du canal, aux reflets de vagues molles
Venant lécher de noires gondoles
Echouées, là,  de biais, elles ont perdu leur emphase
Embarcations envahies par la vase…

De pâles lueurs tremblotent derrière les vitraux  de l’église
Dans ce quartier un peu à l’écart,                     de Venise,
De briques  et de marbres, les palais ont les pieds  fourbus
Les murs qui s’écaillent, disent un prestige  déchu.

La madone  sculptée, au nez rongé, est toujours dans sa niche
Une fenêtre bouchée effeuille             d’anciennes  affiches
Indiquant des saisons passées les fêtes  du Grand canal
Paillettes,   danses          et masques  du carnaval…

Tout est silence à part une gerbe  d’étincelles….
>    D’une  radio lointaine,  parvient une  tarentelle,
Et la brise déplace doucement ses voiles,
Dans un ciel de velours piqueté  d’étoiles.

Où se traînent paresseusement quelques nuages
Dont le zodiaque ne prend pas ombrage
Même pas  le verseau et Ganymède
–   Toujours brillants  dans la nuit tiède.

RC – 7 juillet 2012

photo             Olimpo


Ames au poids – (RC)


papyrus egyptien.. pesée des âmes

Des aventures en mythologies, beaucoup les partagent

Ce sont des dits, des légendes  ( et des commérages)

Qui se colportent, en générations, dans les mémoires

Et donnent en naissance,   de belles  histoires

 

La pesée des âmes  ( d’un poids négligeable)

Devait être comme l’or  ( assez rentable)

Bataille des chiffres et ——-marchandages

Et j’organise  un p’tit voyage  !!

 

Par convois entiers,  ou bien fusées

Les âmes sont partantes pour aller  au musée…

Mais y en a qui trichent, comme le Dr Faust

Préférant livraison lente plutot que « chrono-post »

 

Ayant vendu, comme on le sait, son âme au diable

Et afficher  en retour, un sourire aimable,

Qui pourrait convenir à Marguerite    – (elle lui fait la bise) …!

Et aux échanges, y a aussi le marchand  de Venise

 

Qu’à sa p’tite affaire, et n’connaît pas la crise !

C’est encore elle ( la crise), qui étonne et défrise..

J’ai donc  reçu, y a pas si longtemps , une proposition

D’acheter l’esprit, l’âme et le talent   –  autorisation –

 

Pour une vie meilleure, un autre horizon

Ce qui, pour cette âme, était la meilleure  solution…

M’étant jamais v’nu à l’idée de posséder deux âmes

Surtout quand  l’autre est celle  d’une femme…

 

———-  mais  tout compte fait, j’vais  réfléchir…

Pas  sûr qu’ça  soit une bonne  affaire  –  pour investir

Cela risque  fort de perdre de la valeur

s’il me vient avec,  douleurs  et malheurs…!

 

A jouer malin, et passer par-dessus les lois

Même encore  légères, les âmes seraient un poids…

Je dirai plus tard, les suites  de l »aventure

Et leurs conséquences sur mon futur

 

Si je rends visite à  la voyante, Mme Soleil

Qui a de petits seins, mais  gros orteils  …!

Elle  connaît les comment  et les pourquoi …

On verra donc,  quel sera mon choix…

 

photo: Sculptures du tympan de Conques ( Aveyron) J Mossot


Jean-Jacques Dorio, et son hommage à Mirò


extrait de

 

LE 13 L’ÉCHELLE A FRÔLÉ LE FIRMAMENT


le firmament attrapé par les cils les points noirs et les araignées orangées
Les araignées orangées bleues comme cette échelle
Cette échelle du 13 Cette bouche sans dents
Cette bouche sans dents où sombrent les vaisseaux
Les vaisseaux envasés avec leurs becs d’amphores
Amphores broches d’or métaphores
Métaphores derniers poèmes égarés
Poèmes égarés à Venise l’indécise
L’indécise échelle où le précis se joint
Le 13 l’échelle a frôlé le firmament

Miro, Constellation 12
Le 13 l’échelle a frôlé le firmament