voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “verger

Armand Rapoport – sur une route blanchie par la lune froide d’hiver


photo Graeme Mitchell

Et femme et homme sur une route blanchie par la lune froide d’hiver
Portant aux épaules un enfant légendaire qui n’était pas de leur chair
Marchant dans la campagne nocturne comme si le son lointain d’un clocher
Accompagnait leurs pas résonnant sur la chaussée durcie par gel récent
Comme si la route pavée berçait l’enfant dressant la tête vers la galaxie
D’Orion où le balancement des étoiles emportait son regard tout ébloui
Par la nuit d’hiver comme s’il eût quitté un village un récit inachevé
D’une vieille grand-mère bredouillant près d’un feu à peine enflammé
Passant d’une épaule à l’autre sans dire mot la tête appuyée à la nuit
Les yeux toujours rivés aux étoiles comme si chaleur dût venir de si loin,
Réchauffant ses petites mains agrippées nerveusement au cou de celle celui
Qui allongeait le pas vers un autre village où joyeuses lumières dansaient.
Quand le matin trop clair rendait vaine toute impatiente longue vue
Sombres-Voyants, Clairs-Aveugles, Sourds-Entendants, Rêveurs si courts
L’Astronome les emportait dans son sommeil comme des valises-Optiques
Sucres ou Vergers trempés de pluie enfouis sous récits pauvres d’ici
Sans renier les malaises trop décrits ou gommés dans le Sous-Entendu
Le Trop-Su, comme si la planète tournait autrement dans l’incomparable
Hiver, loin des vareuses béates poudrées de gel de soleils trop fades
Comme si le rire d’une matinale musicienne égayait l’enfant-Orphelin
Par jeux ou ruses par gammes taquines quasi humaines afin que nul être
Ne soit ici montré du doigt comme surplus d’indifférence oeuvre pieuse
Où Absence de grâce se rattrapait en ricanements gras en défi charitable
Rendant la ville si inhabitable comme si des vents acides la corrodaient.


Francesca-Yvonne Caroutch – espace du désir


partrice+giorda.jpg

peinture: Patrice Giorda

 

Espace idéal
espace du désir qui
au-delà de l’assouvissement
demeure pur désir
c’est-à-dire volonté des étoiles

Jubilation de la graine sur le point de germer
Ascèse des voyages dans l’énergie à l’état brut
L’esprit et le cœur pris dans les glaces
enfin tressaillent de concert

Voici alors le prince
ni ours ni dieu
qui saura éveiller la belle au plomb dormant

Car notre mercure est terre humide et torride
le verger notre corps
et notre corps un cosmos .


Laisser rebondir le soir – ( RC )


91938548_a866962dd0 Fire_ Yosemite Park_ California_O.jpg

Tu laisses rebondir le soir :
la harpe d’ombres
accompagne ceux
qui restent sur place .
Comme un rituel,
à la même heure, ou presque

avant que le jour ne grise,
et que le verger
fasse semblant d’oublier
la lumière solaire.
Les ombres s’allongent donc,
impudentes,

et voudraient traverser
les êtres, aussi .
Elles les questionnent
sur leur devenir .
(  C’est que se poseraient
les flocons de la nuit,

– encore épars – )
dévalant la pente du jour
dont les empreintes digitales
se confondent avec les ailes
feutrées des oiseaux nocturnes ,
qui en ont fait leur domaine .

RC – juin  2017

 


André Schmitz – De son bec d’acier


Résultat de recherche d'images pour "Bételgeuse"

 

De son bec d’acier, l’éclair ouvre le fruit, fracture le noyau, y découvre un arbre,
parcourt un verger, en déchire les fruits.
Et le cycle accompli, l’oiseau-feu s’éteint.
Ses ailes de cendres redeviennent fable parmi les rousseurs d’un étrange festin.

André SCHMITZ

« Bételgeuse n° 21 » in « Le Bestiaire Fantastique » (Larousse)


passager des saisons ( RC )


art médiéval,       tête en relief de reliure            de livre évangéliaire

 

 

 

 

 

 

passager des saisons ( RC )

 

 

Il y a des routes croisées de pluie

l’avancée immobile des saisons,

tes pas , de mémoire ,  et de raison,

Des falaises,de la roche,    les abris

 

Et l’odeur des rideaux de buis

Lorsque je m’accorde, attentif

A ton      regard cascade, si vif

Et cette larme,      que  j’essuie.

 

J’ai parcouru des mers, et des îles,

Routes et distances considérables

Des plaines vertes,à la main aimable

Au travers des printemps fragiles.

 

Et les saisons passent,            animées

Produisant mille fruits

Mais tu danses encore dans mes nuits

En moi, la jointure de tes lèvres,    imprimée,

 

Et le douceur de ta peau de soie,

L’obscur de ton verger

Dont je suis passager

… reste près de moi…

 

 

RC   – 17 septembre 2012