voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “vie

Si on pelait les rondeurs de Moore (Susanne Derève)


Moore vs Giacometti.jpg

montage – René Chabrière

 

 

Caresser  de ses doigts le marbre des statues

– leurs rondeurs leurs formes leurs courbes patinées –

l’éplucher doucement comme on pèle un fruit mûr

comme on l’ouvre … en secret

Si on pelait les rondeurs de Moore  si on fouillait

le corps généreux de ses femmes leur ventre creux

comme des barques, leurs dos de pierre,

leurs seins nus…

 

Y trouverait-on  aussi ténu qu’un  fil

aussi fragile  qu’une pensée

silhouette solitaire  cheminant dans la nuit

un homme qui marche ou qui chavire

ou qui étreint le vide entre ses mains de cire

s’épure en s’enfonçant dans l’âge

un Homme

à la manière de Giacometti

 

 

 

Moore enveloppant Giacometti.jpg

montage – René Chabrière


Armel Guerne – Sainte solitude (extrait)


 

."non so"    Cathy Hegman

   peinture: Cathy Hegman

 

 

Virginal horizon tendu

A l’angle des mémoires,

Désert de pureté

Néant noir inconnu :

Je suis l’ombre dit l’ombre

Et mon ombre n’est pas .

 

Je suis l’errant qui ne sait pas

Dit le vent où il va ,

Portant dans l’urne des printemps

Ou sur la croix des hivers

Un chant plus solitaire

Que le gémissement d’un mort .

 

Je suis qui parle dit la voix

Plus lourde d’évidences , dévalant les parois

De l’invisible ,

Plus lourde d’éminence que la réalité .

 

Océan, océan , vieux rebelle

Toi qui brasses et la rumeur

Millénaire et l’instant

Tout en précipitant les matins nus

Au labyrinthe de tes profondeurs ;

Vieil océan vengeur ,

Marin peuplé d’éternités

Et de folles géographies ,

Toujours depuis toujours

Halant sous le soleil et dans la nuit

Ton voyage sans bords :

Je suis la mer, dis-tu ;

Et toutes choses à jamais

Sont enchantées

Dans ton silence triomphal .

 

Mais autour des sommets, la meute des abîmes …

 

Car voici que le nombre a dit le nombre

Au nombre , et le matin brutal détruit

Les châteaux de la nuit .

Je suis celui qui fut

Voyageur , voyageur

Venu sous le soleil et les mains de la pluie

Celui qui est et qui n’est plus ,

Car voici que le don de vie

A passé par les fleurs ;

Je suis le cœur, je suis le nom ,

Je suis l’itinérant qui longe l’horizon

Et voici que le ciel se ferme comme un poing .

 

Consolez-vous de lui, maisons abandonnées !

Ces deuils extasiés n’avaient point de racines ,

Et du lent paysage ils n’avaient point l’accueil .

Consolez-vous de moi, rochers subtils

Penchés au creux torride de l’été

Sur les sources taries .

Dans l’immobile extase du silence

Une respiration – mais où ?

Bat comme un pouls .

 

 

Le poids vivant de la parole

SOLAIRE n° 45


Silvina Ocampo – Chant


 

Claire Henault

Claire Hénault – Le voyage interrompu (gravure)

 

 

Ah rien, rien n’est à moi !

ni le ton de ma voix, ni mes mains absentes,

ni mes bras lointains.

J’ai tout reçu. Ah, rien, rien n’est à moi.

Je suis comme les reflets d’un lac ténébreux

ou l’écho des voix dans le fond d’un puits

bleu après la pluie.

J’ai tout reçu,

comme l’eau ou le cristal

qui se transforment en autre chose :

en fumée, en spirale,

en édifice, en poisson, en pierre, en rose.

Je suis différente de moi, aussi différente

que certaines personnes quand elles ne sont pas seules.

Je suis tous les lieux que j’ai aimés dans ma vie.

Je suis la femme que j’ai haïe le plus

et ce parfum qui me blessa une nuit

avec les décrets d’un destin incertain.

Je suis les ombres qui entraient dans une voiture,

la luminosité d’un port,

les étreintes secrètes, occultes dans les yeux.

 

Je suis, des jalousies, le couteau

et les douleurs blessées rouges.

Je suis l’éclat des regards avides et longs.

Je suis la voix que j’entendis derrière les volets,

la lumière, l’air sur les lambercianas.[1]

Je suis tous les mots adorés

sur les lèvres et les livres émerveillés.

Je suis le lévrier qui fuit dans le lointain,

la branche solitaire parmi les branches.

Je suis le bonheur d’un jour,

la rumeur des flammes.

Je suis la pauvreté des pieds nus

sur des enfants qui s’éloignent, muets.

Je suis ce qu’on ne m’a pas dit et que j’ai su.

Ah, j’ai tant désiré que tout fût mien !

Je suis tout ce que j’ai déjà perdu.

Mais tout est insaisissable comme le vent et le fleuve,

comme les fleurs d’or des étés

qui meurent entre les mains.

Je suis tout, mais rien, rien n’est à moi,

ni la douleur, ni le bonheur, ni l’effroi,

ni de mon chant les voix.

 

[1] Espèce d’épicéa.

 

 

¡ Ah, nada, nada es mío !

ni el tono de mi voz, ni mis ausentes manos,

ni mis brazos lejanos.

Todo lo he recibido. Ah, nada, nada es mío.

Soy como los reflejos de un lago tenebroso

o el eco de las voces en el fondo de un pozo

azul cuando ha llovido.

Todo lo he recibido :

como el agua o el cristal

que se transforma en cualquier cosa,

en humo, en espiral,

en edificio, en pez, en piedra, en rosa.

Soy diferente a mí , tan diferente,

como algunas personas cuando están entre gente.

Soy todos los lugares que en mi vida he amado.

Soy la mujer que más he detestado

y ese perfume que me hirió una noche

con los decretos de un destino incierto.

Soy las sombras que entraban en un coche,

la luminosidad de un puerto,

los secretos abrazos, ocultos en los ojos.

Soy de los celos, el cuchillo,

 

 

y los dolores con heridas, rojos.

De las miradas ávidas y largas soy el brillo.

Soy la voz que escuché detrás de las persianas,

la luz, el aire sobre las lambercianas.

Soy todas las palabras que adoré

en los labios y libros que admiré.

Soy el lebrel que huyó en la lejanía,

la rama solitaria entre las ramas.

Soy la felicidad de un día,

el rumor de las llamas.

Soy la pobreza de los pies desnudos,

con ninos que se alejan, mudos.

Soy lo que no me han dicho y he sabido.

 ¡ Ah, quise yo que todo fuera mío !

Soy todo lo que ya he perdido.

Mas todo es inasible como el viento y el río,

como las flores de oro en los veranos

que mueren en las manos.

Soy todo, pero nada, nada es mío,

ni el dolor, ni la dicha, ni el espanto,

ni las palabras de mi canto.

 

 

Poèmes d’amour desespéré

(traduction de Silvia Baron Supervielle)

Ibériques

JOSE CORTI

 

 


Pierre Seghers – La nuit qui vient


 

la nuit étoilée JF Millet
 Jean François Millet – Nuit étoilée

 

 

La nuit qui vient

est-elle étoilée ? Mais que m’importent les étoiles

dans ce cheminement, dans cette migration

Quand l’épaisseur est traversée pour atteindre l’autre soi-même

De l’Autre, fou, et de silence, immobile gisant debout ?

 

La nuit qui vient à ma rencontre, elle a franchi tant de montagnes

Et dévalé tant de collines et roulé tant de galets morts

qui rêvaient d’elle, son souffle a déplacé tant d’astres

Retroussé tant de vagues et courbé tant de joncs

Qu’elle m’emporte, comme un berger dans son manteau

ses bêtes passées à un autre

Seul, retranché de tous, et en lui-même, absent .

 

 

Dis-moi, 

ma

vie 

Editions Bruno Doucey

 

 


Hélène Dorion – Comme résonne étrangement la vie


 

3ae36ccb0cfd38820a148c79099fc10b

Photographie Aline Smithson

 

 

Comme résonne étrangement la vie
que tu vois se lever, au milieu du brouillard
de l’enfant que tu étais, hier encore
à la table où ton père, où ta mère
fouillaient le quotidien, sarclaient
la terre, arrachaient les herbes égarées
parmi les tulipes hautes
qui flottent encore dans le jardin comme
des étoffes, et mesurent les vents à venir.

 

Alors, comme résonne étrangement la vie
derrière la tempête qui broie ton corps
d’enfant, jette des marées de solitude
sur tes rêves, crois-tu, un mouvement
de lumière gagne sur la brume
peu à peu tu défriches la forêt
du passé, vois le chemin
où naissent et glissent
dans la terre les fragiles espérances.

 

Tu entends soudain la pulsation du monde
déjà tu touches sa beauté inattendue.
Dans ta bouche fondent les nuages
des ans de lutte et de nuées noires
où tu cherchais le passage
vers l’autre saison

 

et comme résonne étrangement l’aube
à l’horizon, enfin résonne ta vie.

 

 

 

Comme résonne la vie

Editions Bruno Doucey

 

 


Charlie Chaplin – Vie


 

Résultat de recherche d'images pour "Charlie Chaplin"

« J’ai pardonné des erreurs presque impardonnables, j’ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et oublié des personnes inoubliables.
J’ai agi par impulsion, j’ai été déçu par des gens que j’en croyais incapables, mais j’ai déçu des gens aussi.
J’ai tenu quelqu’un dans mes bras pour le protéger.
Je me suis fait des amis éternels.
J’ai ri quand il ne le fallait pas.
J’ai aimé et je l’ai été en retour, mais j’ai aussi été repoussé. 
J’ai été aimé et je n’ai pas su aimer.
J’ai crié et sauté de tant de joies, j’ai vécu d’amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois!
J’ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos. 
J’ai téléphoné juste pour entendre une voix, je suis déjà tombé amoureux d’un sourire. 
J’ai déjà cru mourir par tant de nostalgie.
J’ai eu peur de perdre quelqu’un de très spécial (que j’ai fini par perdre)……… 
Mais j’ai survécu!
Et je vis encore!
Et la vie, je ne m’en lasse pas …………
Et toi non plus tu ne devrais pas t’en lasser. Vis!!! 
Ce qui est vraiment bon, c’est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant…..parce que le monde appartient à celui qui ose!
La vie est beaucoup trop belle pour être insignifiante! »

Oscar Wilde – La ballade de la geôle de Reading (II)


 

Martyre des saints Côme & Damien, par Fra Angelico vers 1438-1443.

Fra Angelico – Martyre des saints Côme & Damien

 

 

 

Nous l’avons vu dans la cour, six semaines,

Dans son costume gris-poussière,

Coiffé de sa casquette de cricket,

Sa démarche semblait légère,

Mais jamais homme n’avait regardé

Si passionnément la lumière.

 

Mais jamais homme n’avait regardé,

Avec ces yeux pleins de passion,

Ce petit pan de bleu que nomment ciel

Les détenus de la prison,

Et tout nuage entraînant dans sa fuite

Les brins mêlés de sa toison.

 

II ne se tordait pas les mains, ainsi

Qu’un insensé, osant vouloir

Que l’Espérance, enfant maudit, s’élève

Dans le caveau du Désespoir :

Regarder le soleil lui suffisait

Et l’air frais du matin à boire.

 

II ne se tordait pas les mains, pas plus

Qu’il n’avait larme ni chagrin,

Il buvait l’air comme s’il contenait

Quelque remède souverain ;

À pleine bouche, il buvait le soleil

Comme s’il eût été du vin !

 

Les autres âmes en peine et moi-même,

Dans l’autre préau de la cour,

Ne savions plus si nous avions commis

Faute vénielle ou crime lourd,

Nous regardions, comme accablés, cet homme

Qui serait pendu un beau jour.

 

Le voir passer nous paraissait étrange

D’une démarche si légère

Étrange aussi de le voir regarder

Si passionnément la lumière,

Étrange enfin de penser qu’il paierait

Une dette extraordinaire.

 

***

 

Six weeks the guardsman walked the yard,

In the suit of shabby gray :

His cricket cap was on his head,

And his step seemed light and gay,

But I never saw a man who looked

So wistfully at the day.

 

I never saw a man who looked

With such a wistful eye

Upon that little tent of blue

Which prisoners call the sky,

And at every wandering cloud that trailed

Its ravelled fleeces by.

 

He did not wring his hands, as do

Those witless men who dare

To try to rear the changeling Hope

In the cave of black Despair:

He only looked upon the sun,

And drank the morning air.

 

He did not wring his hands nor weep,

Nor did he peek or pine,

But he drank the air as though it held

Some healthful anodyne;

With open mouth he drank the sun

As though it had been wine!

 

And I and all the souls in pain,

Who tramped the other ring,

Forgot if we ourselves had done

A great or little thing,

And watched with gaze of dull amaze

The man who had to swing.

 

For strange it was to see him pass

With a step so light and gay,

And strange it was to see him look

So wistfully at the day,

And strange it was to think that he

Had such a debt to pay.

 

 

La ballade de la geôle de Reading ( Extrait – II)
Le livre de poche – Classiques


Brouillard – (Susanne Derève)


arbres vies silencieuses

               Alexandre Hollan – Arbres, vies silencieuses

 

 

Brouillard       juste sentir

ne pas écarter le rideau

ne pas voir

 

ou c’est un abîme

qui s’ouvre

 

comme si les mots avaient pris chair

que devant la chair tout s’efface

la vie   un puzzle   

une nasse

 

Qui pourrait croire qu’on raconte

une histoire linéaire

qu’on tait  les fausses routes

les impasses

 

avec ce qu’elle ont pesé de leur poids

de pierre

d’amours déchues      

de guerres lasses 

 

de celles qu’on a perdues

sans même porter le fer

sans combattre  

qu’on panse comme des plaies                                                                 

vivaces

 

Brouillard    amère ritournelle                                                                        

huis clos d’une pluie d’été

les notes virent  sur elles-mêmes

avant de s’effondrer

 

dans un dernier  sanglot

d’où renaîtrait le  rire

 

un  accord qui s’éteint

un  rideau que l’on  tire

 

 

 

 

 


Robert Piccamiglio – Le jour la nuit


p getty museum ph edw weston los a fabrique de platres 1925

  Edward Weston – Fabrique de plâtres

 

 

 

je me souviens

il faisait froid

 

je dormais dans une chambre

de bonne

dans le quinzième

la journée

 

la nuit

je marchais dans les rues

 

je faisais les bars

les stations de métro

les quartiers à putes

à la recherche

de ce qui me semblait être

la vie

 

je ne l’ai pas rencontrée

souvent

 

alors je suis allé

demander à Dieu

pourquoi tout ça

pourquoi toute cette vie

en bas

froide et bruyante

 

Dieu n’a pas répondu

peut-être même

qu’il ne connaissait pas la réponse

 

il se contentait juste

de regarder ses souliers

propres et cirés

 

j’ai alors pensé

qu’il s’était

foutrement gourré

en inventant

ce que moi je voyais

toutes les nuits

 

mais comment lui expliquer

puisqu’il ne répondait pas

à mes questions

que personne n’était capable

d’y répondre

 

alors j’ai changé de chambre

j’en ai pris une

plus grande

avec plus de lumière

dedans

 

j’ai dormi la nuit

je suis sorti le jour

pour voir

si il y avait une différence

 

il n’y en avait pas

 

 

 

 

 


A cet instant précis – ( RC )


Daniel Ridge Falls Frozen

Un peu de blanc, et du noir dedans,
et des lignes qui s’étirent :
des images , un instant
figées, et c’est une cascade
qui ne tombe plus,
saisie dans son élan par le gel .

Le regard saisit les formes,
où la lumière s’est posée :
il cherche dans les ombres ,
un peu de vie cachée ,
et déjà, arriver à deviner
la couleur des choses .

A cet instant précis.


RC – nov 2017


Clarice Lispector – Prends ma main


 

19365 16134087030.jpg

 

Prends ma main…

Je vais à l’instant te conter

Comment je suis entrée dans l’ineffable
Qui a toujours été ma quête insaisissable et secrète
Comment je suis entrée dans l’interstice

unissant les numéros un et deux
Comment j’ai connu la frontière qui sépare mystère et feu
Combien souterraine est cette frontière

Entre deux notes de musique vibre une autre note

Entre deux maintenants de vie se glisse un autre maintenant de vie
Et deux grains de sable même inséparablement liés
Sont partagés par un espace infime
Entre deux sentiments se loge un autre sentiment
Et dans toute matière se love un espace
Qui est respiration du monde.

Et cette incessante respiration du monde
N’est autre que ce que nous entendons
N’est autre que le silence.


Raymond Carver – pluie


PLUIE

Réveillé ce matin avec
une envie terrible de rester au lit toute la journée
et de lire. J’ai lutté quelques minutes contre cette idée.

Ai regardé la pluie à travers la fenêtre.
Et lâché prise. Me mettant entièrement
à l’abri de ce matin pluvieux.

Serais-je prêt à revivre ma vie ?
Avec les mêmes erreurs impardonnables ?
Oui, si c’était seulement possible. Oui.

(in Where Water comes Together with Other Water (1983)

RAIN

Woke up this morning with
a terrific urge to lie in bed all day
And read. Fought against it for a minute.

Then looked out the window at the rain.
And gave over. Put myself entirely
in the keep of this rainy morning.

Would I live my life over gain ?
Make the same unforgivable mistakes ?
Yes, given half a chance. Yes.


Yves Prié – Obsidienne


Klavdij SLUBAN 9  9.jpg

photo: Klavdij SLUBAN ( rencontres  d’Arles  2011 )

 

Pour  saluer Caillois  et Guillevic          (  extrait )

 
Attendre la mort
et sa dureté minérale
Nous ne traverserons pas
Notre vie se brise là
L’obsidienne en détourne le reflet


Mario Luzi – Que de vie !



Afficher l'image d'origine

détail d’une peinture de Frida Kahlo
.

« Que de vie ! »
une voix aiguë d’enfant s’élève
là où une foule d’oiseaux
arrachés à leur gazouillement
de branche en branche
s’enfuit dans l’effeuillement du bois
sous le froid contre jour,
trace un sillage de plumes et de cris,
abandonne les phrases brisées
d’un discours qui achoppe, fête
et fuite, tandis que des hommes à l’affût
en préparent le massacre ;
“que de vie !” répètent des derniers,
ces plus lumineux battements d’ailes
sur toute la broussaille entre mer et marais […]

car on ne perçoit jamais la vie
si fort qu’au moment de sa perte.

Mario Luzi, « Du fond des campagnes », L’Incessante Origine, Flammarion, 1985, pp. 112-115.
.

.


W.H. Auden – Miroir


photo: Lydia Roberts

                                   photo: Lydia Roberts

 

 

Chaque homme porte avec lui au travers de sa vie ,un miroir,
dont  il lui est seulement et impossible de se débarrasser ,
comme de son ombre.

“Every man carries with him through life a mirror, as unique and impossible to get rid of as his shadow.”

― W.H. Auden, The Dyer’s Hand


Quand la lumière ne vient plus – ( RC )


image surréaliste issue de flickriver

–              image surréaliste    ( visiblement inspirée de Dali)      issue de flickriver

Quand la lumière ne vient plus,

Ou qu’il n’est plus possible,

De la percevoir

Si          je n’y accède plus,

Elle serait      quelque part,

–        Suspendue, –

Invisible,

Je ne pourrai plus la toucher,

Comme elle,               nue,

Quand       elle caresse les formes,

Et ondule                    sur la matière…

Elle a tant donné de chaleur,

Et , de toutes les couleurs,

Que je l’ai imprimée,

Au      fond de ma mémoire,

Si,          plongé dans le noir,

Je ne peux           que l’imaginer,

>               Avec mes yeux soudés,

A jamais,

Je ne pourrai que regarder,

A l’intérieur…

Un « jour » viendra, alors

Invisible,     emporter mon corps,

Mais j’aurai                  en mémoire,

Malgré                      mon désespoir,

La conscience             de son prix,

Ne pouvant m’accrocher , à rien d’autre,

que mon cri…

….             Encore un peu de vie,

Avant de sombrer,

>                   Dans la nuit.

 

 

– Incitation:         Brigitte Tosi:           Un jour la mer.

RC –  26 novembre 2013 –


François Corvol – mythologie 5


auteur non identifié

auteur non identifié

 

 

 

 

 

J’ai rêvé tant de vies dont tu n’as pas idée
je les ai toutes vécues je les ai toutes senties
j’en porte la trace et le bruit, les nuits
ne suffisent pas pour me remémorer
nul besoin de vivre dépareillé
de vivre loin d’oublier je les retiens
comme d’autres une cage dans la main
J’en ai rêvé tant dont tu n’as pas idée
et parmi toutes ces vies une seule
une seule m’est inconnue
celle-là qui te contient
elle n’est plus mon rêve mais le tien
celle-là même où tu remues


Norbert Paganelli / Robert Desnos – Le dernier poème


Gorgone orange (2)

 

 

(Norbert Paganelli / Robert Desnos) LE DERNIER POÈME
J’ai tellement rêvé de toi
J’ai tellement marché, tellement parlé,
Tellement aimé ton ombre,
Qu’il ne me reste plus rien de toi,
Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres
D’être cent fois plus ombre que l’ombre
D’être l’ombre qui viendra et reviendra
Dans ta vie ensoleillée.

 

( et sa version en langue corse )

 

T’aghju sunniatu cusì forti
Aghju tantu marchjatu, tantu parlatu,
Tantu amatu la to ombra,
Ch’ùn mi ferma più nudda di tè,
Mi tocca à essa l’ombra mezu à l’ombri
D’essa centu volti più ombra chè l’ombra
D’essa l’ombra chi vianara è rivinarà
In la to vita assuliata.

 

 

Voir aussi beaucoup d’autres textes, orientés principalement  sur la poésie  d’origine corse ( mais pas que)..  dans Voxpoesi.

 


Marina Tsvetaieva – Mes vers écrits à l’aube de ma vie


 

peinture: Jerôme Bosch

peinture: Jerôme Bosch

 

 

 

 

 

 

 

Mes vers écrits à l’aube de ma vie de poète,

Lumière vive, telle la queue d’une comète,

Jaillis comme l’onde d’une fontaine,

Brutaux démons, feux impatients

Forçant silence, dignité et encens

Des temples ordonnés, bienséants,

Poèmes d’amour, de sang, de vie,

Vers de passion, de joies, éclairs perdus,

Oubliés aux recoins de vieilles boutiques,

Enfermés, poussiéreux, jamais lus, :

Tels de grands vins au fond de leurs barriques

Sauront attendre le temps de leur précieux prix.

 

(Moscou, 1913.)

 

– extrait des  « écrits de Vanves »

 

 


Dominique Daguet – être seulement


photo: Philippe Morel

 

Cette vie ne coule pas.

Chaque heure est une conquête,

dans chaque geste.

Car l’eau, le sable, le vent ne se laissent dominer que dans la patience,

avec lenteur.

Dominique DAGUET –           ÊTRE SEULEMENT


Marc Bonnefoy – Poèmes à travers l’infini.


 

 

 

 

 

peinture  Raoul Dufy: les moissons   1930

Poèmes à travers l’infini.

…Mort et désert, à quoi pourrait servir un monde?
Dans l’espace il n’est point de planète inféconde :
Qu’un astre soit brillant, éteint ou rallumé,
Le germe de la Vie est en lui renfermé.
Le rapide soleil, l’étoile la plus lente,
Tout ce qui trace au ciel sa course étincelante.

Eternellement vit, meurt, revit tour à tour,
Et, s’il n’est pas peuplé, le sera quelque jour.
oui, la Vie est partout : c’est une loi suprême
Regarde : trouve un coin de la Terre elle même
Où ne pullulent pas des flots d’êtres vivants !
Tout n’est-il pas fécond, les bois, les mers, les vents !

Sous l’herbe et dans le sol, sur l’arbre et sous la feuille,
Dans la fleur qui s’entouvre ou le fruit que l’on cueille,
Grouille la vie, au fond des eaux, en haut des airs..
Et maintenant veux-tu que des astres déserts,
Lorsque de se peupler tous les cieux sont avides,
Roulent dans l’Infini comme des berceaux vides !

 

Marc Bonnefoy. recueil  » Poèmes à travers l’infini »        1895

 


Miguel Veyrat – J’ouvre les yeux et meurs,


DESSCONTdessin extrait d’un catalogue  du musée des Beaux Arts de Lyon

 

 

ABRO los ojos y muero,
memoria que camina miedo
de otro exilio rescatada.
Acaso dios aterrado
como el niño que me mira —vi
da perdida.
(De « La Voz de los poetas », 2002)

 

 

 

 

 

 

 

J’ouvre les yeux et meurs,

mémoire réchappée d’un autre exil

qui parcourt la peur.

Peut-être un dieu atterré

comme l’enfant

qui me regarde

—vie perdue.


René Char – pressé d’écrire


peinture;  Leonora Carrington:  auto-portrait  avec cheval blanc

peinture;                  Leonora Carrington:     auto-portrait avec cheval blanc

tu es pressé d’écrire
comme si tu étais en retard sur la vie
s’il en est ainsi fais cortège à tes sources
hâte-toi
hâte-toi de transmettre
ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance….
essaime la poussière
nul ne décèlera votre union.
René Char, Commune présence (extrait)

Chaudes embrassades ( RC )


 

 

 

 

photo: Alanah Collier

Aux chaudes embrassades

Les bras  élastiques,

Un corps  qui bat la chamade

 

S’enroule  tout en rythme

Et puis, quand il se penche

Participe à l’écriture…

 

L’espace ondule des hanches,

Mots rayés et mouchetures,

Justifie, s’il le faut, la tendresse

 

Par une  danse improvisée….

Défaite, la chevelure, retenue en tresses,

Vous pouvez vous manifester par un baiser

 

Au coin d’une page pliée…

Trace de rouge ,sur la joue  déposée,

De l’étage, franchir le palier,

 

Quelques phrases bien dosées…

Finis les propos mièvres,

Tu n’as  qu’à ouvrir la bouche,

 

Donner du corps  à tes lèvres,

Un emportement farouche,

—  Et s ‘il faut qu’on se grise

 

Laisse toi donc approcher

Suivant les préceptes  de l’église,

De l’originel empêcher,

 

Distinguant les parties nobles et dignes,

D’autres, à faire des envieux.

En suivant les  consignes

Approuvées par Dieu

 

Mais en revenant sur la terre,

On peut s’en remettre à Saint Fouquin,

Pour soupeser les commentaires,

– (  dont on ressort un bouquin )

 

….  tu peux  toujours le lire …

» Peccato non Farlo » est le thème

Le conseil,  serait d’agir,

Sans  recourir à l’anathème,

 

Encourager les  fidèles,

Et aussi favoriser l’éclosion….

A couronner leur  zèle,

Avec bénédiction.

 

Il faut encourager la natalité

Si l’on reste alité

Et que les  sexes se rencontrent…

–  ( tu veux  que je te montre  ? )

 

Ainsi jaillissent les  étincelles

Entre les amants ravis…

Seront bientôt parents

D’enfants en ribambelle

 

Nouveaux papas et mamans

Se transmettent le flambeau de la vie…

C’est un cadeau de prix,

 

Et celui-ci,   selon le prêtre,  en reste honnête

Au père, le fils  (  et le  Saint-Esprit )

…  s’il faut repeupler la planète….

 

 

RC  – 6 novembre 2012

 

PS: Peccato non farlo  se réfère  à un article  publié  dans  courrier international,  que l’on peut lire  à cette  adresse:  http://www.courrierinternational.com/article/2005/02/10/allez-et-multipliez-vous

 


Catherine Pozzi – un seul signe de l’univers


mouette de Vancouver –    montage perso

Un seul signe de l’univers
Ne passe le seuil de la vie
Mais il n’existe pas de vie
Qui n’ait reçu mille univers.

Catherine Pozzi,    Très haut amour

peinture: d’après une peinture de Van Gogh, les Alpilles et champ d’oliviers, aquarelle perso