voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Vincent Van Gogh

Poppies – (Susanne Derève) –


Vincent Van Gogh – Champ de coquelicots –
Ne crois pas que les coeurs s’éteignent
Poppies   coeurs charbonniers    

le vent s’en joue et les malmène
froisse leurs pétales à regret   
     
Ainsi agaçait-il les jupes rouges 
des filles  le vent 
avec ses ailes bleues de paon 

feu follet sur la lande palpitant sous la boue 
et la nuit comme un cierge
brûlait à nos genoux   

Lande brune de bruyères et d’ajoncs
croix des calvaires jaunies de mousses
la pierre sous nos doigts était douce 

et les lointains noyés dans les brumes d’été 
résonnaient de la mer  la grande Ourse de sel  
sur les sables déserts

Poppies  
ne crois pas que les coeurs s’éteignent
Là où les champs de blés essaiment leur butin 

on voit parfois des fleurs aux croisées 
des chemins    un sanglot rouge    
que noie le vent marin







 



L’hiver court à sa perte – (Susanne Derève) –


Vincent Van Gogh – Têtards
Tu fais un état des lieux de l’hiver : 
les hâtifs chatons des aulnes
en bordure des chemins, 
les  prairies d’herbes sèches, 
d’autres brunes des premiers labours, 
un feu de bois mort au milieu des vergers, 

et sous le pâle soleil du jour
l’or des lichens nimbant les rameaux nus
des charmes, 
où courent étincelant dans la lumière
tels des cheveux d’anges, les fils 
d'une invisible araignée. 
                                                                                            
Déjà, l’ombre des Causses s’éploie 
sur la rivière,
pierres vertes sous le friselis de l’eau, 
dans la course effrénée du courant, 
- rien du Lot indolent de l’été, cette fougue, 
ce bouillonnement de cascade sur les galets -

et frôlant la surface, au bout des tiges roides,
le renflement des bourgeons à peine formés
lui aussi te souffle que l’hiver 
court à sa perte …




Nâzim Hikmet -Un étrange sentiment-


Vincent Van Gogh – Verger de pruniers à fleurs –

 

«Le prunier de Damas est en fleurs,

 

– C’est l’abricotier qui fleurit le premier

– le prunier de Damas le dernier –

 

Mon amour,

sur le gazon

agenouillons-nous

face à face.

L’air est clair et savoureux

– mais il ne fait pas encore très chaud –

l’écorce de l’amande

                verte et couverte de duvet

                               n’a pas encore durci…

Nous sommes heureux

parce que nous sommes encore en vie.

Nous serions morts depuis belle lurette

si tu te trouvais à Londres

et moi à Tobrouk ou sur un cargo anglais…

Mon amour,

pose tes mains sur tes genoux

– tes poignets sont épais et blancs

la paume gauche ouverte.

La lumière du soleil est dans ta paume

pareille à un abricot…

Parmi les morts de l’attaque aérienne d’hier

cent avaient moins de cinq ans,

et vingt-quatre tétaient encore…

 

Mon amour,

j’adore la couleur du grain de grenade

– grain de grenade, grain de lumière –

du melon j’aime le parfum de la prune l’aigre-doux…»

…..un jour de pluie

loin des fruits loin de toi

– pas un arbre fleuri

il est même possible qu’il neige –

dans la prison de Bursa

 

en proie à un étrange sentiment

et à une terrible colère,

ces vers, je les écris envers et contre tout

pour me narguer moi-même

et ceux que j’aime.

                                                                              7 février 1941

 

Nostalgie 

éditions Fata Morgana


Yves Bonnefoy – La pluie d’été (II)


Paysage d’Auvers sous la pluie – Vincent Van Gogh

 

Et tôt après le ciel

Nous consentait

Cet or que l’alchimie

Aura tant cherché.

 

Nous le touchions, brillant,

Sur les branches basses,

Nous en aimions le goût

D’eau, sur nos lèvres.

 

Et quand nous ramassions

Branches et feuilles chues,

Cette fumée le soir puis, brusque,ce feu,

C’était l’or encore.

 

Les planches courbes 

nrf

Poésie /Gallimard