voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “voie

Sophie Brassart – Juin au jardin bleu


 

peinture perso 2012 -  "Fly of"

peinture perso 2012 – « Fly of »  ———-( cliquer  sur l’image pour la  voir  dans  son intégralité)

 

 

 

Juin au jardin bleu
Que faire
Des morceaux de voix brisées

Habitants du ciel
Sous la branche
Jusqu’à la poussière

Lenteurs épanouies
Jusqu’à la blessure
Les laisser voler

 

( Sophie  Brassart est  poète  et plasticienne. On peut  retrouver  ses créations  alternées picturales  et poétiques,  sur  son site « grain de blé » )

 

 


Le ciel s’appuie sur nos épaules ( RC )


peinture  perso:      grand  é:  huile  sur carton  1998

Réponse  au post  de Tikopia…

Si le ciel  s’appuie  sur nos épaules,
Alors, les mondes lointains, nous enveloppent
Les comètes  nous montrent  du doigt,
Et se rient  de la pesanteur qui nous confine
La poussière des étoiles  nous accorde un peu
de lumière, enfin, celles qui n’ont pas  choisi la voie
du noir.


Que deviendront tes yeux ? ( RC )


peinture:   Max Ernst:  le XXè siècle  -  1955

peinture: Max Ernst: le XXè siècle – 1955

Que deviendront tes yeux
Quand le regard  s’effacera
Et se pointera au-delà de moi ?

Tu y seras diffférente
Tu l’es déjà, à penser te trouver
Dans un présent  qui t’a  échappé,

Jusqu’à présent à la merci d’un  chemin
Où tu n’as pas trouvé ta voie,
…..  Et tu marches illuminée

Vers une étoile brillant pour toi
Seule, et indifférente aux  autres
Et qui se joue de ta transe

Au delà des vallées, des rocs
Et des plaines, vers de sombres forêts
Où, justement,  tu la perdras.

RC  –  12 janvier 2013


Le monde des possibles – (RC )


montage perso…2011                   Tournus 71

le monde des possibles

Je chuchote sur la voix basse
Des secrets, que l’on confie entre amis
C’est un peu la peau de l’enfance
Qui brûle ,         –  de l’inaccompli

Grand est le corps ,        de l’inconnu
Qui nous parle ,         l’avenir
C’est un monde de tous les possibles
Où nous risquons nos premiers pas

Une forêt profonde      où l’on s’enfonce seul
J’emporte quelques pierres dans mes poches
C’est pour retrouver mon chemin,
Mais,            on ne va jamais en arrière

Je voyage avec l’espoir muet ..
Il y a parait-il une  clairière
Bien au – delà des légendes
Que je pourrai confier aux enfants.

Je ne l’ai pas  rencontrée
Et continue à marcher
Sur ce chemin si étroit
Qui ne va pas tout droit.

Pourtant j’ai senti une chaleur,
Comme dans  ce jeu
Où çà chauffe ou tiédit
Si l’on approche  la réponse

Ou si on s’en éloigne….  c’est donc
Peut-être la bonne direction,  celle
Qu’ils appellent   « trouver sa voie »
…..    elle  était en moi.

RC        – 22 octobre 2012

dans le même  esprit on peut  lire  le poème de Pierre Silvain « les chiens du vent »

dessin: Paul Klee : Animaux sous la pleine lune.