voir l'art autrement – en relation avec les textes

Citations – d’écrits

ce matin
l’île penche sous son poids de lumière
une fillette court sur la dalle des prières
je reçois les embruns de son rire.

Rabah Belamri

Le mariage de l'homme sans têteEtrangement,  l’étranger nous habite:

il est la face cachée de notre identité,         l’espace qui ruine notre demeure,   le temps où s’abîment l’entente et la sympathie.

De le reconnaître en nous,   nous nous épargnons de le détester en lui-même.

Julia Kristeva.

 

 

Au Japon le cerisier en fleurs

sert de poste restante

aux poètes sans domicile fixe.

*

À Kyoto, cette année-là,

la force d’un cerisier

a sauté dans ma vie

en femme de solaire compagnie.

René Depestre

—————–

« Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune un véritable soleil. »/              PICASSO

Picasso Femme assise dans un fauteuil. 6-January1962. 162 x

 

 

« La poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. »       Léonard de Vinci

 

L’éternité est tout ce qui dure une fraction de seconde, mais avec une telle intensité qu’elle se pétrifie, et aucune force ne lui porte secours.

Eterno é tudo aquilo que dura uma fração de segundo, mas com tamanha intensidade que se petrifica e nenhuma força o resgata.

Carlos Drummond de Andrade

 

La respectabilité, la régularité et la routine l’ensemble de la discipline rigide de la société industrielle moderne ont atrophié l’impulsion artistique, et emprisonné l’amour de telle sorte qu’il ne peut plus être généreux , libre et créatif, mais doit être soit étouffant ou furtif.


écrit par Bertrand Russell (
Essais Sceptiques )

 

photo: David Noonan  —————

 

Je crois que le beau n’est pas une substance en soi, mais rien qu’un dessin d’ombres, qu’un jeu de clair-obscur produit par la juxtaposition de substances diverses. De même qu’une pierre phosphorescente qui, placée dans l’obscurité émet un rayonnement, perd, exposée au plein jour, toute sa fascination de joyau précieux, de même le beau perd son existence si l’on supprime les effets d’ombre.

 Junichirô Tanizaki, L’éloge de l’ombre
</p><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> <p>Helmut Newton - Queen, 1968</p><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /> <p>
photo:         Helmut Newton:              Queen  1968
________________________

SES DEUX MAINS TRAVAILLAIENT AVEC UNE AGILITÉ SANS PAREILLE, CROISANT, NOUANT, ENCHEVÊTRANT DE TOUTES MANIÈRES LES LIGAMENTS DE RÊVE QUI S’AMALGAMAIENT GRACIEUSEMENT

Raymond Roussel, Impressions d’Afrique

Il est quelque part un massif d’hortensias bleus qui frémit d’un rêve. »  [Edmond Rostand]

P0107830

Le corps humain est la meilleure image de l’âme humaine.    (Ludwig Wittgenstein)
Au centre du poème il y a un autre poème, au centre du centre il y a une
absence, au centre de l’absence il y a mon ombre.Alejandra Pizarnik– « Ce dessin m’a pris cinq minutes, mais j’ai mis soixante ans pour y arriver. »
Pierre-Auguste Renoir
l’art est ce mode de la pensée qui nous reconduit inlassablement à considérer en toutes choses, non le savoir que nous pouvons en acquérir, mais cette part d’irréductible énigme qui, précisément, la rend à nos yeux « admirable ».
C’est à partir de là qu’on peint et qu’on écrit.( Marc Le Bot )
peinture: Fragonardpeinture:             Fragonard———–

La voix du poète ne chante pas.
Ce sont ses mots
Qui creusent le réel comme une pelle,
Qui le relèvent, le mettent en lévitation et le font chanter.
( Francis Combes)
———–
Heureux ceux qui,
loin de nous asséner des vérités
dont on connaît la vanité,
s’évertuent avec de modestes outils,
à nous inviter au plus troublant des voyages :
celui que l’on fait dans l’univers tout entier….
C’est à dire au fond de soi-même.
– Quelques jours passent plus lentement que les autres.
Ils sont fugaces, ceux qui viennent me voir;
d’autres ne finissent jamais.
Miquel Marti I Pol ———
Miquel Marti I Pol ———
Trois mots étranges.
Quand je prononce le mot Avenir, Sa première syllabe appartient déjà au passé. Quand je prononce le mot Silence, je le détruis. Quand je prononce le mot Rien, Je crée une chose qui ne tiendrait dans aucun
Wislawa Szymborska.
« Vue avec grain de sable » 1996 ——- J.M La Frenière
 —– JM LaFrenière;  extrait de  « la courte paille »
Jean-Marie Kerwich:
Les poètes prenaient entre leurs mains un bout de ciel et le caressaient délicatement comme on caresse un nouveau né, et soudain la parole était vêtue de poésie…
Pour gagner quelques sous, je garde un immeuble devant lequel j’essaie à mon tour d’attraper un morceau du ciel.
Quand j’y parviens, le ciel se pose sur ma poitrine et il écoute les battements de mon cœur.

Gil Jouanard, s’il en fait vivre quelques uns…  

Seul l’inespéré donne à la vie le goût de vivre. (extrait final de poème   publié dans l’anthologie Une salve d’avenir. L’espoir, anthologie poétique, parue chez Gallimard en Mars 2004) —

Edward Hopper ( le peintre):

“Le grand art est la projection de la vie intérieure de l’artiste, et cette vie intérieure façonnera sa vision personnelle du monde.”- 1953

 

« n’être qu’un intermédiaire entre la terre inculte et le champ labouré, entre les données du problème et la solution, entre la page blanche et le poème, entre le malheureux qui a faim et le malheureux rassasié ».

Simone Weil

(« La pesanteur et la Grâce ») –

 —
Le moment crucial de chaque artiste est sa transmutation « d’être récepteur » en « être  émetteur » : là, il devient créateur, être rarissime découvrant son rôle qui consiste à donner. »

Victor Vasarely

art: Vasarely: Zèbres

Pour la littérature, la peinture, et toute forme  d’expression d’ailleurs, il est important de se confronter  aux  autres, car cela propage en nous une vision différente, un autre regard, mais dans le cas de la poésie, aussi une  définition particulière …  qui remet peut-être en cause  nos certitudes assises,  – ou du moins   la conception classique de que qu’est  ( et par conséquence, de ce que n’est pas   – la poésie)…

 et en fait  le champ est si vaste qu’on n’en fait jamais le tour, qu’on ne peut pas  le cerner, parce que les  frontières  se déplacent  de jour en jour. bien sûr il y a une base, un tronc commun, 

mais les branches  sont  toujours en croissance et se multiplient, se divisent, semblent  s’opposer mais sont  quelque part, toujours en relation les unes aux autres… Auto-citation           

( René Chabrière )

A mesure que nos doigts courent sur le clavier, que le virtuel se déploie, vertigineux, il se peut que nous devenions amnésiques. Bientôt nous ne pourrons plus contempler la grande fresque de Gauguin intitulée D’où venons-nous, qui sommes-nous, où allons-nous ? Nous aurons oublié sa langue.
             Françoise  Ascal —-
« Il faut être libre pour le devenir, car la liberté est existence, et surtout acquiescement raisonné à l’existence et désir ressenti comme un destin de la réaliser ».
Ernst Jünger
« Le poète est la partie de l’homme , réfractaire au projet calculé. »
René Char
 
Air frais sur la mémoire du même bleu que la mer. Chaque jour le large, mâts et cordages. La vie comme une eau qui s’effarouche irisée.
photo – Carol V Granger
mes mains sur tes paupières ferment le jour * Tu t’approcheras dans une robe légère pour prendre la mesure de ma solitude * Hier nous avons refait une pioche après avoir mal distribué les caresses
Matthieu Gosztola
– extraits de Sur la musicalité du vide 2
 

presque haïku de printemps… En chemin vers l’été La voûte d’Azur  de Vincent Offre ses dons fleuris d’amandiers RC  4- avril 2012 — Edmond Jabès,  dans  « éloge  de l’hospitalité  » « Ce qui fait -j’aimerais le souligner- le prix d’une parole n’est pas la certitude qu’en s’imposant, elle marque mais bien au contraire le manque, le gouffre, l’incertitude contre lesquelles elle se débat. »

Marguerite  Duras: L’écrit vient d’ailleurs, d’une autre région que celle de la parole orale. C’est une parole d’une autre personne qui elle ne parle pas”. une  citation courte de C Chambard, que je viens  de trouver: ” la porte du paradis est condamnée faute de clef  ” —————

Le seul monde véritable est celui que nous créons en nous, le seul monde sincère est celui que nous créons contre les autres. Citations de Georges Henein

Source : Georges Henein – Dicocitations ™citation

 

—- Jean Pierre Duprey,  cité  avec un poème dans la parution du 19 novembre 2011 , ici…  dont  j’ai  trouvé  ces phrases, depuis… ————–

« Alors, je perds la face — la face penchée par-dessus moi. Le ciel est ouvert lorsque l’on dort… Les gants sont plus vivants qu’une main… Mais les miroirs sont surpeuplés, car je n’y vois plus rien »

« La main s’étend par une blessure de la carcasse, la main à cinq langues fourchues, qui se casse, la main à cinq langues fourchues, qui se fourchent, se fourchent, se fourchent… »

« Le temps est là, chrysalide dans l’oreille, moule de sable pour les mains, le temps qui nous apprenant cœur par cœur, doigt par doigt, cheveu après cheveu, pour nous défaire et nous refaire au même endroit, copies après copies, sans que jamais nous puissions nous relire »

« Ce que l’eau brûlait, nos mains s’y cherchaient. »

« C’est ici, disait une voix, c’est ici que j’apprends à défaire mon corps… J’ai déchiré mon corps, cette mâchoire autour d’un creux. Et mon geste, c’est l’espace cerné, le moule, en griffes radiées, réversible à l’image d’un gant de la nuit cloutée… Et je préfère m’ouvrir les mains. » (…)

 

 

——- « Je crois qu’il y a une extraordinaire nouvelle de Borges où il raconte qu’un architecte paysagiste dessine un parc avec des statues, des pavillons, des petits lacs, des allées. Quand le parc est fini, il s’aperçoit qu’il fait son propre portrait. Je trouve que c’est une parabole admirable. On ne fait jamais que son propre portrait »

Claude Simon Tout un pdf  autour de Claude Simon est disponible aux carnets d’Eucharis _________________________

___________________________ Giorgio Manganelli Non, je ne suis pas heureux, je ne suis pas impudent à ce point.

C’est ainsi que je me dis être réjoui, par exemple, par ma commode :

or ma commode est un objet disgracieux et mal fichu, et si je m’en réjouis cela veut dire que je la traite comme un bon chien qui ne mord personne et ne salit pas le parquet.

2 Réponses

  1. Cat

    Les citations sont de constantes sources d’inspiration .. Duras, dont Lacan disait qu’elle savait tout, en est un parfait exemple ! Merci de votre visite chez moi, bien d’accord pour que vous repreniez des textes qui vous conviennent ! j’ai mis votre blog en lien chez moi – Bien à vous

    J'aime

    03/18/2012 à 10 h 59 min

  2. Pingback: Citations – d’écrits (actualisé 28 avril 2013 ) « lerestnadine

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s