voir l'art autrement – en relation avec les textes

poètes connus

Marina Tsvetaieva – le plus grand des mensonges


P Picasso – faune musicien

Je te conterai le plus grand des mensonges
Je conterai pour toi le soir qui tombe et l’ombre.
Les feuilles vertes et les vieilles souches
Et les lumières éteintes et rien ne bouge.
Venu de loin, un homme, sa flûte en main,
Jeune, assis, nu, il joue sans fin.
La grande tromperie je conterai,
La lame perfide dans la main
Le trou brûlant de la lame en mon sein
Et de tes femmes les boucles blondes,
Et le sourire de tes enfants.
Et des vieillards le menton blanc.
Je te conterai le plus grand des fracas
Le tumulte sonore de mon siècle, le fer
Du galop des chevaux contre les pierres.

-extrait des « écrits de Vanves » 1917


Jean Sénac – Matinale de mon peuple –


Anna Quinquaud – Femme Pita au panier –

 

                                                                                                           Pour Baya

 

Tu disais des choses faciles

travailleuse du matin

La forêt poussait dans ta voix

des arbres si profonds que le cœur s’y déchire

et connaît le poids du chant

la tiédeur d’une clairière pour l’homme droit qui revendique

un mot de paix

un mot à notre dimension.

Tu tirais de sa solitude

le rôdeur qui te suit tout pétri de son ombre

celui que voudrait écrire comme tu vois

comme tu tisses comme tu chantes

apporter aux autres le blé

le lait de chèvre la semoule,

et si dru dans le cœur et si fort dans le sang

la bonté de chacun

le charme impétueux des hommes solidaires

Parle ô tranquille fleur tisseuse des promesses

prélude au sûr éveil de l’orge

dis que bientôt l’acier refusera la gorge

bientôt le douar entamera la nuit.

Tu m’apprends à penser

à vivre comme tu es

Matinale arrachée à l’obscure demeure.

 

 

Matinale de mon peuple, Subervie. Rodez, 1961.

Quand la nuit se brise

Anthologie

Poésie Algérienne

Points

 

 sur  Anna Quinquaud

quelques images 

                                     


Bernard Noël – la chute des temps – extrait 1


photo et montage RC

tu regardes

cette chose sans toi qui est toi

de quoi parlions-nous dis-tu

ta main même est muette

est-ce moi que vous avez tué

il n’y a plus moyen de faire la différence

peut-être suis-je quelqu’un qui n’est plus là

mais qui

peut ouvrir son propre corps pour lire

les présages de son identité

il est temps que chacun se souvienne

d’une autre histoire que la sienne

la mémoire s’en va comme le sang

à quoi bon ce que l’on a su

quelqu’un toujours voudrait venir

sous notre peau il lui suffirait

d’être la forme de l’air tout le temps

qu’il demeure dans notre corps

pourquoi n’y a-t-il plus de miracles

ils étaient le retour d’un souffle

dans la bouche capable

de le reconnaître mais les mots

sont trop forts quand ils vont

seuls on les attache l’un à l’autre

comme la respiration attache l’air qui vient

à celui qui va misère

misère où est la bouche libre

et ce trou dans la terre

qui parlait

au cœur ainsi que monte

la sève ou bien le regard

dans les yeux ne m’oublie pas

criais-tu et je n’entendais qu’un pas

d’oiseau et il froissait l’air devant

mes lèvres

qu’est-ce qui change

sinon la qualité quand l’énergie

détruit une différence pour en créer une autre

chaque jour est une différence

où le changeant est moins que le divers

le temps n’est jamais dans la ligne

droite il explose et moi

comment pourrais-je dire aujourd’hui

sans être à bout de souffle

car la fin et le commencement se tiennent

entre les dents qui tiennent ce mot

d’autres ont cherché le chiffre pour rabattre

le devenir sur lui-même tenir la vie

j’ai seulement rêvé de voir cette chose

aérienne un mot qui s’envole

de ta langue et je verrais enfin

ce qui sous nos yeux échappe à nos yeux et tu parlerais

tu parlerais pour que je voie

et nous aurions existé pour cela

dessous la lente migration de l’air dans l’air

mais dis-moi qui

et tout le dehors est une page blanche

où nous allons parmi les puits taris

sur le plafond de la nuit marchent

les morts parle-moi parle

que je croie encore à ces choses

dont nous avons meublé la vie syllabe

après syllabe l’ombre ne prend pas

sous les mots car ils sont le fil

qui raccommode la blessure

mais tu t’en vas les bras chargés

de ma poussière et je ne sais plus si

le regard est fait par le silence

ou la lumière

dis-moi qui

me dira ce qu’il faut faire

de toute cette vie réduite à une fois

et le temps aura la douceur d’un vieux linge

malgré la gâchette et le dernier baiser

puis il ne sera plus jamais trop tard

qu’attendions-nous un nuage est passé

le temps futur est devenu le présent

tu as dit ma conscience n’a pas bougé

et j’ai vu ton visage être cette pierre

dont j’aurais voulu faire ma maison

où mettrons-nous la porte disais-tu

quand chaque instant nous change en

ce que toi et moi ne sommes plus

et je pensais la vie est vaine

pour que le rien devienne créateur

et l’heure suspendue mais la langue

penchait comme une terre basse

après le recul du sens

qui

toujours la même affaire cependant

le neuf part encore de la fin

l’histoire coupe à travers maintenant

comme l’étrave fend la mer

les mouvements de l’une et l’autre

ne sont qu’un dans l’ignorance réciproque

et la contradiction nous sommes nés

des morts comment dire autrement

cette chose simple et qui appelle

car l’histoire n’est pas dans la continuité

elle est une explosion d’instants

que le pouvoir ramasse après

pour les ranger en ordre convenable

ainsi naît l’irréversible le jour

baisse entre les dates les épitaphes

les signatures derrière la main

pousse l’héritage et le temps n’en revient pas

parce qu’il regarde le calendrier

comme on regarde une photographie qui

n’est pas la sienne

miroir miroir

nul ne sait fouiller dans la chair

pas plus que dans l’image où chacun

se connaît à l’envers mais tu rêves

d’ouvrir le chantier de l’origine

les mots s’enroulent aux nerfs

ils les gainent d’un rien qui est

aussi la doublure de tes yeux

comment savoir de quelle étoffe

est le savoir quand l’intouchable

est le savoir lui-même et pourtant

quel plaisir dans la tête à s’habiller

de cela

qui mais qui pourrait

comme l’amour retire sa robe

qui pourrait découvrir l’en-dessous

tu es au monde et tu es en toi

disais-tu touchant mon cœur

et je ne comprenais pas tes mots

mais cela seulement qui mettait en moi

leur bouquet d’air

puis la peau repousse et tu es loin

derrière tes dents ou les miennes

l’un compte ses pas l’autre voit ses os

au bord d’une chose immense et floue

la vie qui revient dans la bouche

est une vie changée par le sens

je regarde par-dessus mon épaule

et ne me vois pas venir

mais qui disait

retourne-toi afin que l’avenir change

de place on a planté des morts

à tous les points de l’horizon

chaque direction reste immobile

le temps a les mêmes lèvres que la mer

sauf pour qui s’en va dans

son propre regard et devient l’eau de la lumière

mais les dimensions le ramènent

vers la pierre illisible

et NON

comme le pied du nageur dit non

quand il touche le fond

rien n’aura suffi puisque tu ne suffis pas

à ce que tu es un jour la trace

est perdue et ton souffle passe mes lèvres

quel vivant reconnaît en lui-même

ce qui est plus vieux que lui

et pourtant j’écris avec cela

mon visage est un souvenir

dont personne n’a gardé la mémoire

l’oubli roule des cargaisons de mots

chaque corps est une rive

où font signe la langue

et les gestes du naufrageur


Jacques Ancet – Courbe du temps –


Yang Ermin – Lumière –
  souvenons-nous toujours de la lumière
  sur les fleurs roses du pêcher
  de la lenteur des gestes
  une main sur un front
  de la lenteur des choses
  cette lenteur terrible de la vie
  comme une boucle qu'on dénoue



Courbe du temps – 1971-1972 ( épuisé)

voir les blogs de Jacques Ancet :

http://jacques.ancet.pagesperso-orange.fr/textes.htm

Lumière des jours


Jean- Claude Pirotte – vesper –


Robert Antoine PINCHON – Péniche dans la brume –
la douceur c’est le passage
des péniches dans le soir
puis les berges de la nuit 
et les vallées du sommeil

on voit s’allumer l’enseigne
du Café de la Marine
les bateliers se saluent 
d’Anseremme à Rotterdam

ils ont transporté le sel 
le ciment le manganèse
ils boivent des bières noires 
le genièvre de Hasselt

et sur le marbre des tables
ils frappent leurs paumes larges
et parlent toutes les langues 
dont les fleuves sont l’écho

Ardennes

Le promenoir magique et autres poèmes

Ed La table ronde


Guillevic / Dubuffet – Les murs –


.

.

.
.


.
.



Kenneth White – Labrador (2,3)-


Frits Thaulow – A mountain stream –
                         
            2 

J’ai moi aussi nommé un lieu
un lieu de grands rochers
luisant sous le soleil
un lieu où l'eau bruissait
tourbillonnait et glissait —
je l’ai nommé le Merveilleux Rivage

j’ai vécu là-bas tout un hiver
tout un temps de blanc silence
j’ai gravé sur la pierre un poème
à l’hiver et au blanc silence
les plus belles runes par moi tracées

des hommes aux yeux fins, aux pommettes hautes
sont venus me visiter
nous avons troqué
du drap contre des peaux
nous vivions en paix

et le printemps revint :
tous les ruisseaux ruisselaient de lumière
et la grande rivière reflétait le ciel
j'allai plus loin vers le sud
vers un pays de grandes forêts
où je vis des hommes rouges
parés de plumes d'oiseaux

je sentis sous mes pas une terre nouvelle
un monde nouveau
mais je me refusais à le nommer trop tôt
content de laisser mes sens
m’éveiller et me guider
pas après pas
à travers le réel

je n'étais déjà plus chrétien
sans être pourtant retourné à Thor
autre chose m'appelait
m'appelait au-dehors
autre chose qui peut-être
voulait qu’on l’appelle

une chose sensuelle
et abstraite à la fois
terrible et belle à la fois
une chose qui me dépassait
mais était à la fois
plus moi-même que moi

j’ai songé aux paroles de Norvège
aux paroles des penseurs et des poètes
aux paroles de haut vol des Hébrides
ici pas de place pour le Christ ou pour Thor
ici la terre a réalisé son destin
destin de pierres et d’arbres
d’ombre et de lumière
a réalisé son destin en silence
j’ai tenté d’apprendre
le langage de ce silence
plus rebelle que le latin
que j’étudiais à Bergen
ou que l’irlandais de Dublin.



	 3

Tout un champ nouveau
où travailler et penser
à chacun de mes pas
je sentais en moi une étrange vigueur
l’esprit chaque jour plus vif, plus clair


j'essayai encore quelques noms
(pesant avec soin chacun d'eux
les éprouvant dans ma tête
et sur ma langue):
la rivière de la Grande Baleine, le cap de l'Eskimo
le lac des Huttes sauvages, le col du Caribou

mais toujours pas de nom pour le tout
je voulais bien nommer les parties
mais pas le tout

l’homme a besoin d’arrimer son savoir
mais il lui faut un espace vide
dans lequel se mouvoir

je vivais et marchais
comme jamais encore
devenais un peu plus qu’humain
connaissais une plus large identité

les traces du caribou sur la neige
le vol des oies sauvages
l’érable rouge à l’automne
mordu par le gel
tout cela me devint plus réel
plus réellement moi
que mon nom même

je me surprenais disant parfois
«en accord avec l’esprit de la terre»
mais il n’y avait pas d’«esprit»
c'était la langue du passé
et ce monde était un nouveau monde
et ma pensée aussi était presque nouvelle
rien qui ressemblât à un «esprit»


seulement les traces bleues sur la neige
le vol des oies sauvages
et les feuilles rouges de gel

la religion et la philosophie
ce que j’avais appris dans les églises et les écoles
tout cela était trop lourd
pour cette vie de voyage
seule me restait la poésie
une poésie comme le vent et la feuille d’érable
que je me récitais
en parcourant le pays

je suis un vieil homme à présent
un vieil homme très vieux
j’ai griffonné ces runes sur un rocher
elles seront mon testament
personne ne les lira peut-être
elles resteront sur ce rocher
près des graffiti de la glace
balayées par la pluie et le vent.


Un monde ouvert : Anthologie personnelle

nrf Poésie/Gallimard


Paul Verlaine – Divine Ignorante –


Henriette Morel – Jeune femme brune, nue et pensive –
XVIII

Si tu le veux bien, divine Ignorante,
Je ferai celui qui ne sait plus rien 
Que te caresser d’une main errante,
En le geste expert du pire vaurien,

Si tu le veux bien, divine Ignorante.

Soyons scandaleux sans plus nous gêner 
Qu’un cerf et sa biche ès bois authentiques. 
La honte, envoyons-la se promener.
Même exagérons et, sinon cyniques,

Soyons scandaleux sans plus nous gêner.

Surtout ne parlons pas littérature.
Au diable lecteurs, auteurs, éditeurs 
Surtout ! Livrons-nous à notre nature 
Dans l’oubli charmant de toutes pudeurs,

Et, ô ! ne parlons pas littérature.

Jouir et dormir ce sera, veux-tu ?
Notre fonction première et dernière,
Notre seule et notre double vertu, 
Conscience unique, unique lumière,

Jouir et dormir, m’amante, veux-tu ?


 
XX

Tu crois au marc de café,
Aux présages, aux grands jeux :
Moi je ne crois qu’en tes grands yeux.

Tu crois aux contes de fées,
Aux jours néfastes, aux songes,
Moi je ne crois qu’en tes mensonges.

Tu crois en un vague Dieu,
En quelque saint spécial,
En tel Ave contre tel mal.

Je ne crois qu’aux heures bleues 
Et roses que tu m’épanches 
Dans la volupté des nuits blanches !

Et si profonde est ma foi 
Envers tout ce que je croi 
Que je ne vis plus que pour toi.



Chansons pour elle

Paul Verlaine

Œuvres poétiques complètes

Robert Laffont Bouquins


Frédéric Jacques TEMPLE – Mont Saint-Michel –


Pierre BRETTE -Pêcheurs dans la baie du Mont Saint-Michel

                                                                                     

                                                                                                           à Jacques Bioulès

     Le soleil sombre
     dans les tangues
     le soir tombe

     silence

     voici l’heure
     des sansonnets
     dans les tourelles
     du mont Tombe

     ange de cendre
     un héron plane
     longue est la pluie
     sur Tombelaine

     ne dites rien

     les lampes
     restent sourdes
     jusqu’à l’aube.

 

 

 

MARÉE BASSE
                                                                                                à Armand Monjo


C’est l’heure nue : les sables,
le vent d’une aile grise
sur une ville de remparts.
Ardoise humide, étoiles,
fientes d’anges crieurs,
quand le soleil des vêpres
s’enlise aux confins des énigmes.

 

                                    Le Mont Saint-Michel

 

 

FJ Temple

Inventaire des Dunes 

Paysages privés 

FATA MORGANA 


Robert DESNOS – Printemps –


Marcel Duchamp – Jeune homme et jeune fille dans le printemps – 1911

.
Tu, Rrose Sélavy, hors de ces bornes erres
Dans un printemps en proie aux sueurs de l’amour,
Aux parfums de la rose éclose aux murs des tours,
à la fermentation des eaux et de la terre.

Sanglant, la rose au flanc, le danseur, corps de pierre
Paraît sur le théâtre au milieu des labours.
Un peuple de muets d’aveugles et de sourds applaudira
sa danse et sa mort printanière.

C’est dit. Mais la parole inscrite dans la suie
S’efface au gré des vents sous les doigts de la pluie
Pourtant nous l’entendons et lui obéissons.

Au lavoir où l’eau coule un nuage simule
À la fois le savon, la tempête et recule l’instant
où le soleil fleurira les buissons.


6.4.44 19,
rue Mazarine
Paris VI

Desnos Oeuvres

Quarto Gallimard 


Guillaume Apollinaire – Voie lactée , ô sœur lumineuse –


Camille Pissarro : Boulevard Montmartre , effet de nuit . 1897
Voie lactée ô soeur lumineuse 
Des blancs ruisseaux de Chanaan 
Et des corps blancs des amoureuses 
Nageurs morts suivrons-nous d’ahan 
Ton cours vers d’autres nébuleuses

Les démons du hasard selon 
Le chant du firmament nous mènent 
A sons perdus leurs violons 
Font danser notre race humaine 
Sur la descente à reculons

Destins destins impénétrables 
Rois secoués par la folie 
Et ces grelottantes étoiles 
De fausses femmes dans vos lits 
Aux déserts que l'histoire accable

Luitpold le vieux prince régent 
Tuteur de deux royautés folles 
Sanglote-t-il en y songeant 
Quand vacillent les lucioles 
Mouches dorées de la Saint-Jean

Près d'un château sans châtelaine 
La barque aux barcarols chantants 
Sur un lac blanc et sous l’haleine 
Des vents qui tremblent au printemps 
Voguait cygne mourant sirène

Un jour le roi dans l'eau d’argent 
Se noya puis la bouche ouverte 
Il s'en revint en surnageant 
Sur la rive dormir inerte 
Face tournée au ciel changeant

Juin ton soleil ardente lyre 
Brûle mes doigts endoloris 
Triste et mélodieux délire 
J’erre à travers mon beau Paris 
Sans avoir le cœur d’y mourir

Les dimanches s’y éternisent 
Et les orgues de Barbarie 
Y sanglotent dans les cours grises 
Les fleurs aux balcons de Paris 
Penchent comme la tour de Pise

Soirs de Paris ivres du gin 
Flambant de l’électricité 
Les tramways feux verts sur l’échine 
Musiquent au long des portées 
De rails leur folie de machines

Les cafés gonflés de fumée 
Crient tout l’amour de leurs tsiganes 
De tous leurs siphons enrhumés 
De leurs garçons vêtus d’un pagne 
Vers toi toi que j’ai tant aimée

Moi qui sais des lais pour les reines 
Les complaintes de mes années 
Des hymnes d'esclave aux murènes 
La romance du mal aimé 
Et des chansons pour les sirènes



Alcools

Nrf Poésie/ Gallimard


Louis Brauquier – Liberté des mers-


René Génis – Marine –




L’homme passe sa vie à lancer des amarres,
Puis, quand il est saisi dans le calme du port,
Pour peu qu’à l’horizon une fumée l’appelle,
Il regrette à nouveau la liberté des mers ;

La liberté des mers, avec leur solitude,
Qui parleront toujours au sel de notre sang,
Où, plus que le printemps enchanteur de la terre, 
Tardif est l’alizé pour le coeur qui l’attend.

(Eau douce pour navires)



Peut-être un vieux regret des migrations lentes 
Et le goût de l’ouest aux naseaux du matin ;

Peut-être un rire une promesse enchanteresse d’îles,
Faite à  mi-voix par un voyageur imprécis ;

Ou quelqu’ennui au long de corridors trop vastes 
De la similitude évasive des jours;

Ou la mission d’appareiller une tristesse 
Secrète qu’un ami me confie sans parler,

Me donnent ce désir de voir, un jour encore, 
Autour du pont mouillé d’un vapeur du commerce

La pluie tomber sur l’océan Pacifique.

(Liberté des  mers)



Louis Brauquier

Anthologie de la poésie française du XXe siècle

nrf Poésie/Gallimard


Jean-Claude Pirotte – retour du vent


Afficher l’image source
peinture Andrew Wyeth – Pentecôte 1989 private coll

ce que nous enseigne le vent
vers les parages de la mer
c’est le secret du mouvement
des ombres c’est le passage

d’un automne liquide et sombre
et si lumineux cependant
un automne trop émouvant
nous ne savons guère qu’attendre

son retour et qu’il nous enchante
encore aux fenêtres des chambres
où nous guettons des signes vagues
parmi les grands arbres qui tremblent
et le miroitement des vagues


Philippe Jaccottet – La voix –


Maxime Maufra – Paysage d’hiver –

 

          Qui chante là quand toute voix se tait ? Qui chante
          avec cette voix sourde et pure un si beau chant ?
          Serait-ce hors de la ville, à Robinson, dans un
          jardin couvert de neige ? Ou est-ce là tout près,
          quelqu’un qui ne se doutait pas qu’on l’écoutât ?
          Ne soyons pas impatient de le savoir
          puisque le jour n’est pas autrement précédé
          par l’invisible oiseau. Mais faisons seulement
          silence. Une voix monte, et comme un vent de mars
          aux bois vieillis porte leur force, elle nous vient
          sans larmes, souriant plutôt devant la mort.
          Qui chantait là quand notre lampe s’est éteinte ?
          Nul ne le sait. Mais seul peut entendre le cœur
          qui ne cherche la possession ni la victoire.

 

Poésie 1946-1967

nrf  Poésie / Gallimard

 


Benjamin Fondane – Ulysse, une déesse à tes côtés


gravure: Max Ernst

Tu avais une déesse à tes côtés, Ulysse!

  • À quoi sert-il de voyager?
    Une jarre de lait calme, les cuisses de l’épouse,
    les jours comme des pommes tombées dans le verger,
    une belle lumière lisse,
    la paix de l’œuvre faite et la nuit à l’auberge,
    vieillir tout doucement près d’un pichet de vin
    quand la lune blanchit le large,
    tout en trinquant avec des marins revenus infirmes,
    d’on ne sait quelles batailles louches
    qu’on a du mal à épeler…
  • À quoi sert-il de s’en aller
    déjà vaincu, avant d’avoir ouvert la bouche,
    dans des pays d’où l’on ne reviendra
    que vieux plein de sirènes
    que l’on n’a pas écoutées de victoires manquées
    « le cœur lourd d’avoir résisté à sa soif? »

Tristan Cabral – Plus personne n’arrive à Ellis Island…


Ellis Island (photo du Musée de l’Immigration )

 

Plus personne n’arrive à Ellis Island…
des visages anciens glissaient sur l’East River
Et j’étais plein d’un vieux sang arménien
ou peut-être italien je portais le carquois de l’indien brise-lames
avec pour toute aurore
le vieux regard des émigrants
vêtus de peur et de douleur

plus personne n’arrive à Ellis Island…

Sur l’East River
j’allais dans un canot avec Petite Fleur
couchée en chien de fusil
je portais vers le Nord des ballots de lueurs
les oies du Cap Tourmente
s’en venaient vers le cœur acéré du flécheur
et j’attendais la longue nuit des couteaux

plus personne n’arrive à Ellis Island…

Je suis plein d’un vieux sang arménien
ou bulgare
et j’ai vu à Brooklyn un certain marchand d’ombres
qu’on appelait Bontchek
qui calculait la nuit
tout le temps qui restait
avant la venue du Messie
Je suis le voyageur des mémoires manquées

mais Ellis Island est fermé pour toujours…

.
                                  Tristan Cabral, in Le Passeur de silence (extrait)

 

sur Tristan Cabral voir aussi :

https://francoiseruban.blogspot.com/2016/12/tristan-cabral-poete.html

https://poesiedanger.blogspot.com/search/label/Tristan%20Cabral

 

Ellis Island immigrants ( bronze) – Phillip Ratner (Musée de l’Immigration – Ellis Island)


Raymond Queneau – Les chaussettes –


Sara Larose Kane – My socks never match




A cheval sur sa motocyclette 
le fermier va s’acheter 
une paire de chaussettes 
au marché

Le gars Thomas le gars Léon 
le gars Gaspard le gars Gaston 
arrivent aussi sur leurs motocyclettes 
pour faire des emplettes

à table qu’il fait bon boire 
et casser une petite graine 
on peut même entamer une manille
            coinchée

les forains plient bagages 
emportant leurs assiettes
leur pacotille leurs étalages
et leurs paires de chaussettes 

à cheval sur sa motocyclette
le fermier revient du marché
fredonnant une chansonnette 
    nus pieds


Courir les rues

Battre la campagne

Fendre les flots

nrf Poésie Gallimard


Boris Pasternak – Une aube encore plus suffocante-


John Constable – Cloud Sudy – 1922

.

Tout le matin, le pigeon a roucoulé
Sous vos fenêtres.
Sur les chéneaux j’ai vu
Les branches engourdies
Comme des manches de chemises mouillées.
Il commençait de pleuvoir. A la légère
Passaient les nuages sur la poussière du marché.

Ils berçaient, je le crains, mon angoisse
Sur un éventaire de colporteur…
Je les ai suppliés de cesser.
N’allaient-ils pas cesser ?
L’aube était grise comme une querelle au milieu des buissons,
Grise comme une rumeur de bagnards.

Je les ai suppliés d’avancer l’heure
Où, derrière vos fenêtres,
Comme un glacier des montagnes,
Tempête la poterie sonore de votre toilette.
L’heure qui, dans le verre plus brûlant que la glace,

Sur la console, verse des morceaux de chanson pilée
Et qui offre au miroir
La chaleur du sommeil
S’échappant de votre joue, de votre front.

Mais là-haut, nul n’a entendu
Ma prière à cause de tout le bruit
Que font les nuages en parlant.
Et en marchant sous leurs bannières,
Dans le silence plein de poussière,
Trempé comme une capote,
Résonnant comme le frémissement poussiéreux du battage des blés,

Comme l’éclat des disputes au milieu des arbustes,
Je les ai suppliés : « Ne me torturez plus !
Laissez-moi donc dormir ! »
Mais il bruinait, et les nuages
En piétinant, fumaient sur le marché poussiéreux,
Comme, au petit matin les recrues derrière la métairie.
Ils se traînaient des heures, des siècles.
Comme des prisonniers autrichiens,
Comme ce râle sourd ;
O ce râle :  » Sœur, à boire ! « 

.

((Trad. Emmanuel Rais et Jacques Robert.)

.

Boris Pasternak Poètes d’aujourd’hui
par Yves Berger
Pierre SEGHERS Editeur

.


Raymond Queneau – L’ouverture –


Gaston Phébus – Le livre de chasse –
Sang fumée ce sont les chasseurs 
qui jouent du cor, de l’arbalète 
autour d’eux sont les corps morts 
               de bêtes

d’animaux qui jouaient et mangeaient 
dans les taillis dans la luzerne 
et qui point ne se doutaient 
               de la giberne

adieu la vie adieu l’amour 
le gibier gît devant les gîtes 
des reîtres et des pandours 
               cyniques

oiseaux oiseaux que je déplore 
tout ce mal qui vous assiège 
ces gens qui veulent la mort 
               de vos arpèges

lièvres dansant dans la rosée 
biches bramant au fond des bois 
la guerre vous est déclarée 
              au mois

de septembre




Courir les rues

Battre la campagne

Fendre les flots

nrf Poésie Gallimard


Jean Tardieu – fantômes


Ce n’est pas tout à fait la terre

que connaît un chacun.

Je découvre mille mystères

Dans les coins, un par un.

Le train, c’est une histoire étrange

avec tout ces regards !

Aux braves gens les mauvais anges

sont mêlés tôt ou tard.

Une route se remémore

tous les pas disparus

Mais elle attend — et rien encore

n ‘est vraiment apparu.

Qu il faille un peu manger pour vivre.

On connaît bien cela

Mais je veux qu’un dieu noua délivre

de qui nous mangera.

J’ai vu souvent de longs passants

sur l’asphalte foncé :

Ce n’étaient que des vêtements

où loge la fumée.

Peut-être, étant assez distrait.

m’étais-je trompé d’heure

Et les ai-je vus de trop prés

Au moment où ils meurent.

Moi-même, un jour, prés d’un miroir

Je fus bien étonné

de ne plus rien apercevoir

Ni mon front, ni mon nez !

Le ciel passait à travers moi

Tout était calme et lisse

Et j’entendais le temps qui glisse

Sur le sol gris et froid.

1940

texte publié dans la revue « poésie 84 »


Gaston Miron – La braise et l’humus


photomontage RC

Rien n’est changé de mon destin ma mère mes camarades
le chagrin luit toujours d’une mouche à feu à l’autre
je suis taché de mon amour comme on est taché de sang
mon amour mon errance mes murs à perpétuité
un goût d’années d’humus aborde à mes lèvres

je suis malheureux plein ma carrure, je saccage
la rage que je suis, l’amertume que je suis
avec ce bœuf de douleurs qui souffle dans mes côtes
c’est moi maintenant mes yeux gris dans la braise
c’est mon cœur obus dans les champs de tourmente
c’est ma langue dans les étapes des nuits de ruche
c’est moi cet homme au galop d’âme et de poitrine

je vais mourir comme je n’ai pas voulu finir
mourir seul comme les eaux mortes au loin
dans les têtes flambées de ma tête, à la bouche
les mots corbeaux de poèmes qui croassent
je vais mourir vivant dans notre empois de mort

extrait de « la vie agonique »


Francis CARCO – L’ombre –


Claude Monet – Les Chambres du Parlement , soleil couchant

.

Cependant tu n’étais qu’une fille des rues,
Qu’une innocente prostituée,
Comme celle qui apparut,
Dans le quartier de Whitechapel,
Un soir, à Thomas de Quincey
Et qu’il chercha, plus tard, sans jamais la trouver,
De porche en porche et d’hôtel en hôtel …

.

Il le raconte dans un livre.

.

C’est là, pour la première fois, que je t’ai rencontrée.
Tu étais lasse et triste, comme les filles de Londres,
Tes cheveux conservaient une odeur de brouillard
Et, lorsqu’ils te voyaient à la porte des bars,
Les dockers ivres t’insultaient
Ou t’escortaient dans la rue sombre.
Je n’ai pas oublié l’effet que tu me fis
Dans ce livre désespéré,
Ni le vent, ni la pluie, ni le pavé qui luit,
Ni les assassins dans la nuit,
Ni les feux des estaminets,
Ni les remous de la Tamise
Entre ses mornes parapets…
Mais c’est après bien des années
Qu’une autre qui te ressemblait
Devait, le long des maisons grises,
Me faire signe et m’accoster.

.

.

Francis CARCO

Poètes d’aujourd’hui

SEGHERS Editeur


Gustave Roud – Aimé –


Gustave Roud – Photographie : Olivier 1935 ( Une solitude dans les saisons)

 

 

Je voyais la douce peau gonflée de muscles encore pâle dans

l’ombre de la manche.

Ce bras nu, ce bras pur qui apaise l’univers d’une seule caresse

La faux d’Aimé tranche ce corps qui titube entre nous et s’effondre

sans avoir entendu le nom que je lui rends avec un cri.

 

Viens ! Aimé. Il y a autre chose que le sommeil pour ton corps

rompu par la faux.

Viens ! Toutes les cloches jusqu’à l’horizon sonnent l’heure

de notre fuite,

Chaque village fleurit comme un bouquet de lampes

Viens ! Voici renaître dans le noir tout un après-midi de moissons

Dans son odeur de sueur et de paille chaude.

 

Ton épaule nue

Ta large poitrine nue

trouant le ciel comme un nageur hors de l’eau calme.

La cruche vernissée ruisselante de lumière et d’eau qui descend du

ciel à tes lèvres.

Et comme un faucheur, le pied dans le nid,

Pris dans un essaim de guêpes furieuses,

 

Je ne peux plus leur résister.

voir  :

 . Poésie française et mondiale d’hier et d’aujourd’hui

. Le temps bleu  Gustave-Roud-je suis parce que j’accepte le monde

. Gustave Roud  le photographe


Jacques Réda – Septembre –


Edouard Vuillard – La Muette – The sprinkler-

.

Ce qui se lève tout à coup dans la lumière, annonçant l’automne ;
Et ce vent des jours oubliés flottant comme une pèlerine ;
Et ces arbres appareillant non vers la neige ou les brouillards déjà sous les collines,
Mais vers la mer intérieure où le ciel se déploie
Et dans un ciel plus haut comme un drapeau fragile se déchire,
Arbres rentrant au port enfin, feux rallumés en autrefois.
(Autrefois reste la patrie.
Mais de nouveau septembre ici
Ramène la halte du ciel et des arbres d’automne
En vain : nous ne reviendrons pas,
Bien que cette clarté se lève encore sur les bois
Et submerge les prés où nos pas ne couchent plus l’herbe
Ayant ce peu de poids des morts et de leur nostalgie.)

.

.

Amen, Récitatif, La tourne

Poésie Gallimard


Boris Pasternak – Peinture fraîche –


Photomontage RC

.

.

« Peinture fraîche. Ne pas toucher. »
Ame, vous n’avez pas pris garde !
Et voici ma mémoire pleine des taches de ses jambes,
De ses joues, de ses bras, de ses lèvres, de ses yeux.

Plus que toutes mes joies, plus que tous mes malheurs.
Je t’aimais, toi qui fais
La jaune lumière du jour
Plus blanche que la céruse.

Et je te jure, mon amie, ô ma brume !
Il lui arrivera de devenir une fois
Plus blanche que le délire, que l’abat-jour,
Plus blanche qu’un blanc pansement sur un front.

.

Trad. Emmanuel Rais et Jacques Robert.)

Boris Pasternak Poètes d’aujourd’hui
par Yves Berger
Pierre SEGHERS Editeur


F-J Temple – Haute plage


René Chabrière – Centaure
                                                    à Richard Aldington

Ombres des vieux soleils couchés

ainsi vont les chevaux sur les rivages

comme des âmes dans la nuit.

.

Tel est le souvenir effacé par les vagues

où le phare debout veille au désert du vent.

.

En ce temps-là familier des centaures

seule une voix parlait dans le palus :

le dieu-butor aux étoiles rêvait

sur un empire aux couronnes de sel.

.

Nous voici désormais condamnés aux mirages

à l’herbe amère des anciens jours.

.

Pâle une lune morte se souvient.

.

.

Foghorn

Editions Grasset


Marina Tsvetaieva – d’où me vient la tendresse ?


Botticielli – la naissance de Vénus – détail

D’où me vient la tendresse ?
J’ai caressé d’autres boucles
Et j’ai connu des lèvres
Plus sombres que les tiennes
Les étoiles s’allumaient et mouraient
(D’où me vient la tendresse ?)
Et les yeux s’allumaient et mouraient
Plongés dans mon regard
J’ai entendu d’autre chants
Dans la nuit sombre et noire
(D’où me vient la tendresse ?)
La tête sur le coeur du chanteur

autre version

D’où vient cette tendresse ?

Ces vagues ne sont pas les premières

que j’ai posées tout doucement

sur d’autres lèvres

aussi sombres que les tiennes.

comme les étoiles apparaissent

puis disparaissent

(d’où vient cette tendresse ?)

tellement d’yeux sont apparus

puis disparus devant les miens.

aucune chanson dans l’obscurité

de mes nuits passées

(d’où vient cette tendresse ?)

ne fut entendue comme présentement

à même les veines du chanteur.

d’où vient cette tendresse ?

et qu’en ferais-je, chanteur

jeune et espiègle qui passe

toute personne a les cils

aussi longs que les tiens.