voir l'art autrement – en relation avec les textes

english translation

James Joyce – musique de chambre V


 

Résultat de recherche d'images pour "cassiopea joseph cornell"

assemblage: Joseph Cornell   » Cassiopea »

 

 

V
Quand l’étoile s’élance au paradis,
Timide et inconsolée, chastement ;
Daigne entendre dans le soir assoupi
Celui qui à ta porte vient chantant.
Son chant est plus tendre que la rosée
Et lui est venu pour te visiter.

Ô ne te penche dans la rêverie
Quand il t’appelle à l’orée de la nuit.
Ni ne songe   «Qui est donc le chanteur
Dont tombe ce chant qui parle à mon cœur ?»
Reconnais l’amoureuse mélopée :
C’est moi qui suis venu te visiter.

 

 

V
When the shy star goes forth in heaven
All maidenly, disconsolate,
Hear you amid the drowsy even
One who is singing by your gate.
His song is softer than the dew
And he is come to visit you.

O bend no more in revery
When he at eventide is calling.
Nor muse : Who may this singer be
Whose song about my heart is falling ?
Know you by this, the lover’s chant,
’Tis I that am your visitant.


Margaret Drabble – toute chose est possible


« When nothing is sure

everything is possible* »

margaret drabble nothing sure

  • « Quand rien est sûr toute chose est possible * « 

-Margaret Drabble


Pierre Mannha – si je ne peux pas pleurer


Henri Matisse - Fruit and Coffeepot [c.1898] 4808268332.jpg

peinture:  H Matisse

 

If I cannot cry
let these words be my tears
pooling in your cup
the fervency of my longing

Si je ne peux pas pleurer
Laissez ces mots être mes larmes
Se regrouper dans votre tasse
La ferveur de mon désir

 


Richard Brautigan – étoile du poker


Résultat de recherche d'images pour "stars sky"

C’est une étoile qui ressemble à
un jeu de poker au dessus
des montagnes de l’Oregon occidental.
Il y a trois hommes qui jouent.
Tous sont bergers.
L’un d’eux a deux paires,
les autres n’ont rien.

 

It’s a star that looks
like a poker game above   
the mountains of eastern   
   Oregon.
There are three men playing.   
They are all sheepherders.   
One of them has two pair,   
the others have nothing.

 


Génie du verre ( RC )


Photo Anders Petersen:  tomorrow  started

Photo            Anders Petersen:           tomorrow started

Génie du verre

 

 

 

Il est un génie,
Qui surgit ,
Au fond  du verre de whisky,

Lorsque le froid descend,
Comme une  chape de plomb,
Sur la ville et le portrait de Marylin,

Se dopant aux amphétamines,
….Et la musique  titube,
Avec elle, se déchire,

La voix de Joplin,
( Janis pour les intimes )
Les cheveux sales au matin livide,

Les pavés retiennent encore la nuit,
Aux façades, les traînées de suie,
Les fils électriques, et leur calligraphie,

Une journée  va encore  brûler,
Les vêtements tremblants commencent à puer,
Et la bouteille est vide…

RC – 4 septembre  2013

voir  sur même thème cet article…

ainsi que le texte  d’Edith,  dont je suis parti pour  en faire  « l’écho »…

et mon auto-traduction…

Here is a genius,
That arises,
In the glass of scotch

When the cold descends
As a lead blanket,
On the city and the Marilyn’s portrait,

Doping with amphetamines,
And the music …. staggers,
With her, tears away,

The voice of Joplin,
( Janis for short )
Dirty hair in  livid morning,

The cobblestones still catches the night
Soot trails , on the facades,
Electrical cables, and their calligraphy,

A day will still burn,
Trembling clothes start to stink,
And the bottle is empty …

 

Résultat de recherche d'images pour "janis joplin portrait" Janis Joplin – dessin Cindy-jo Dietz


Emily Dickinson – lettre


This is my letter to

the world

that never wrote to me.

E Dickinson letter

Ceci est ma lettre

au monde

qui ne m’a jamais été écrite.

 

Em Dickinson


James Joyce – Ma colombe


Résultat de recherche d'images pour "dove max ernst"

montage-peinture: Max Ernst

 

My dove, my beautiful one,
Arise, arise !
The night-dew lies
Upon my lips and eyes.

The odorous winds are weaving
A music of sighs :
Arise, arise,
My dove, my beautiful one !

I wait by the cedar tree,
My sister, my love,
White breast of the dove,
My breast shall be your bed.

The pale dew lies
Like a veil on my head.
My fair one, my fair dove,
Arise, arise !

 

XVII

 

 

Ma colombe, belle et si chère,
Eveille-toi, éveille-toi
Sur mes lèvres et mes paupières,
Rosée de nuit repose là.

Le vent fleurant tisse en concert
Tous les soupirs comme des voix
Ma colombe, belle et si chère,
Eveille-toi, éveille-toi !

Près du cèdre là je t’attends,
O toi ma sœur et mon amie,
O colombe de ton sein blanc,
Ma poitrine sera le lit.

 

Pâle rosée vient se poser
Comme un voile par-dessus moi.
Ma colombe, belle et aimée,
Eveille-toi éveille-toi.

 

  • extrait du recueil  « musique de chambre « 

Haruki Murakami – les souvenirs


Memories

are what warm you up from the inside*

But they’re also

what tear you apart.

 

Murakami - memories

 

 

 

 

 

Les souvenirs sont ce qui vous réchauffent de l’intérieur

  • Mais ils sont aussi ce qui peuvent vous déchirer.

Hersz K – Une jeune ouvrière


-trouvé  dans une publication  en polonais,  dont  j’ai  traduit  la version proposée en anglais dans « la petite revue »  de 1931

 

 

BE042688 Copie.jpgEt je dois me dépêcher comme ça pour ne pas tomber ou gaspiller le matériel.
Le travail est ennuyeux et fatigant.
Et autour de moi il y a le rugissement et le bruissement des machines, la poussière grise qui obscurcit les chiffres  des gens qui travaillent et il y a une semi-obscurité régnant à l’intérieur.
Ce n’est que lorsque les machines ralentissent que l’on peut entendre les voix des travailleurs et les  cris du contre-maître
« Plus vite!         Arrête de t’amuser! »

C’est comme si l’on voulait dépasser l’autre. Les travailleurs ne se regardent pas, ils semblent faire partie de la machine.
Il y a un garçon qui travaille à côté de moi et dont je n’ai pas encore entendu la voix.
Son visage est maigre, indifférent à tout et ses yeux ont une expression terne.
Il s’est tellement habitué à effectuer ses mouvements d’une manière uniforme que lorsque  la machine s’arrête, ses mains tremblent et il donne l’impression d’une personne qui perdant l’ équilibre.
De l’autre côté, il y a une fille juive pâle qui enroule sans fin des fils de laine sur des bobines à rotation rapide.
Son teint blanc est couvert de poussière, ses mains se maintiennent avec la bobine .
Il y a une pause à midi. J’essuie la sueur de mon front, je sors mon pain et je le mange.
Nous nous rassemblons tous dans le couloir.

Un des travailleurs déplie un journal. Ils lui demandent s’il y a des nouvelles brûlantes.
Ceux qui sont plus bavards commencent à bavarder. Blagues et intimidation des plus jeunes.
Une fois, un garçon est allé sur le toit pour faire une blague.
Les travailleurs plus âgés ont emporté l’échelle, et bien que le garçon ait pleuré et supplié, ils se sont seulement moqués de lui.

Ce garçon a perdu une heure de travail, donc il a été licencié de l’usine. Personne ne se soucie des autres,  ici.
Quand une machine a coupé la main d’un ouvrier, personne n’a même regardé en arrière;     vous ne pouvez pas arrêter le travail.
Tout le monde sait que derrière leur dos il y en  a une centaine d’autres, sans emploi, avides de trouver un emploi .
« Il n’y a pas de pénurie de personnes », nous entendons souvent.
Le travail se termine à 17 heures Je rentre chez moi fatigué, je dîne et je commence à lire un journal que je ne finis jamais.
À 18 heures. Je me jette sur le lit et je m’endors.
Le 18 mai, je suis arrivé à la conclusion que je vis comme un animal.

And I have to hurry like that in order not to fall behind or waste the material. The work is boring and weary.

And around me there is the roar and whir of machines, grey dust obscures the figures of people who are working and there is a semidark- ness reigning inside. Only when the machines are slow-ing down, one can hear voices of the worker s and the
over seer shouting:
“Faster! Stop lolling about!”
Everything is as if one wanted to surpass the other. Workers don’t look at each other, they seem to be parts of the machine.
There is a boy working next to me whose voice I haven’t heard yet. His face is scrawny, indiffèrent to everything and his eyes have a dull expression. He has gotten so used to performing his movements in a uniform manner that when the machine stops, his hands shake and he gives the impression of a person who is losing his balance.
On the other side, there is a pale Jewish girl who winds endless threads of wool on fast-turning spools. Her white complexion is covered with dust, her hands canbarely keep up with the spinning wheel.
There is a break at noon. I wipe the sweat off my forehead, I take out my bread and eat it. We ail gather in the hallway.
One of the workers unfolds a newspaper. They ask him if there is any hot news. Those who are more talkative start to chatter. Jokes and bullying of the younger ones. One time a boy went on the roof for a prank.

Older workers took awaythe ladder, and although the boy was crying and pleading, they only laughed at him. This boy lost one hour of work, so he was laid off from the factory. Nobody cares about anyone else here. When a machine cut a worker’s hand, nobody
even looked back; you can’t stop the work. Everybody knows that behind their back there are a hundred others, unemployed, hungry for work.
“There is no shortage of people,” we often hear.
Work ends at 5 p.m. I go home tired, I eat dinner and I start to read a newspaper that I never finish. At 6 p.m. I throw myself on the bed and I fall asleep.
May 18th -1 came to the conclusion that I live like an animal.

 

 


Rainer Maria Rilke – Automne


Résultat de recherche d'images pour "autumn falling leaf"

Les feuilles tombent, tombent comme si au loin
se fanaient dans le ciel de lointains jardins ;
elles tombent avec des gestes qui se refusent.

Et dans les nuits la lourde terre tombe
de toutes les étoiles, dans la solitude.

Nous tombons tous. Cette main tombe.
Et vois, cette chute est dans toutes les autres mains.

Et pourtant il y en a  Un qui retient dans sa main,
cette chute délicatement, éternellement.

*

Herbst

Die Blätter fallen, fallen wie von weit,
als welkten in den Himmeln ferne Gärten;
sie fallen mit verneinender Gebärde.

Und in den Nächten fällt die schwere Erde
aus allen Sternen in die Einsamkeit.

Wir alle fallen. Diese Hand da fällt.
Und sieh dir andre an: es ist in allen.

Und doch ist Einer, welcher dieses Fallen
unendlich sanft in seinen Händen hält.

*

The leaves are falling, falling as if from far up,
as if orchards were dying high in space.
Each leaf falls as if it were motioning « no. »

And tonight the heavy earth is falling
away from all other stars in the loneliness.

We’re all falling. This hand here is falling.
And look at the other one. It’s in them all.

And yet there is Someone, whose hands
infinitely calm, holding up all this falling.

Rainer Maria Rilke  –       Le livre d’images        (Das Buch der Bilder)


Pierre Mhanna – Mère de toutes les bombes


Résultat de recherche d'images pour "guernica flower"

P Picasso – extrait de Guernica –        main à l’épée brisée, fleur

 

 

Mother of all bombs…
I believe in the strength
of a small flower

Mère de toutes les bombes …
Je crois dans la force
d’une petite fleur .


Joseph Brodsky – lettre à un archéologue


Facing the sea 4366826777.jpg

Citoyen, ennemi, fils à maman, ventouse, prononçant
Ordures, mendiants, porcs, « réfujuifs » , gens de mépris ;
Un cuir chevelu si souvent écorché avec de l’eau bouillante
Que le cerveau insignifiant se sent complètement cuisiné.
Oui, nous avons habité ici: dans ce béton, ces briques , ce bois
des décombres où vous arrivez maintenant pour les tamiser.
Tous nos fils ont été croisés, barbelés, enchevêtrés ou entrelacés.
Aussi: nous n’avons pas aimé nos femmes, mais elles ont conçu.
le son de pique-paille qui heurte le fer mort est tranchant;
Encore, c’est plus doux que ce qu’on nous a dit ou que nous nous sommes dit.
Étranger! Passez prudemment dans notre charogne :
Ce qui vous semble être la libération pour nos cellules.
Laissez nos noms seuls. Ne reconstruisez pas ces voyelles,
Consonnes, et ainsi de suite: ils ne ressembleront pas à des alouettes
Mais un limier dément dont la gueule dévore
Ses propres traces, les excréments et les écorces et les écorces.

—-

Citizen, enemy, mama’s boy, sucker, utter
garbage, panhandler, swine, refujew, verrucht;
a scalp so often scalded with boiling water
that the puny brain feels completely cooked.
Yes, we have dwelt here: in this concrete, brick, wooden
rubble which you now arrive to sift.
All our wires were crossed, barbed, tangled, or interwoven.
Also: we didn’t love our women, but they conceived.
Sharp is the sound of pickax that hurts dead iron;
still, it’s gentler than what we’ve been told or have said ourselves.
Stranger! move carefully through our carrion:
what seems carrion to you is freedom to our cells.
Leave our names alone. Don’t reconstruct those vowels,
consonants, and so forth: they won’t resemble larks
but a demented bloodhound whose maw devours
its own traces, feces, and barks, and barks.


Ted Hughes – la rêveuse


349365 A World Below Me 6519238625.jpg

photographe non identifié

 

J’ai vu

La rêveuse en elle qui était tombée

amoureuse de moi et elle ne le savait pas.

A ce moment le rêveur en moi

est tombé amoureux d’ elle, et je le savais.

—————

I saw ‘

The dreamer in her

Had fallen in love with me

and she did not know it.

That moment the dreamer in me

Fell in love with her, and I knew it.

Ted Hughes Dreamer

 

Ted Hughes


Madeleine de l’Aubespine – Du miroir


un  texte  d’une  auteure de la Renaissance ( en conservant l’orthographe ancienne )

 

Résultat de recherche d'images pour "madeleine de l'aubespine miroir"

 

DU MIROUER

Aussy bien qu’en la terre basse,
Au ciel la jalousie a place,
Et saisist quelque fois les dieux
Ce mirouer en rend tesmoignage,
Rompu par la jalouse rage
D’un dieu de son aise envieux.
Ce dieu, plain d’amoureuse flame,
Portoit vos beautes dedans l’ame,
Pour vous souspiroit nuict et jour,
Et bouilloit d’ardeur immortelle.
Mais vous, desdaigneuse et rebelle,
Ne faisiez cas de son amour.
Il avoit beau faire sa plainte:
Jamais vous n’en estiez attainte,
Vous n’aimiez que vous seullement,
A tous vostre oreille estoit close.
Ha! Non, vous aimiez quelque chose:
Ce miroir estoit vostre amant.

 

Résultat de recherche d'images pour "miroir castafiore"

peinture: Roy Lichtenstein

 

et sa traduction en english

 

-ON THE MIRROR OF M.D.L.B.
Just as upon the lowly ground,
So is envy in heaven found,
And sometimes seizes the gods.
This mirror witnesses its trace,
Cracked in a fit of jealous rage
By a god envious of its joys.
That god, filled with the flame of love,
Carried your beauties in his soul,
Sighed after you all day and night,
And seethed with immortal ardor.
But you, rebellious, full of scorn,
You cared for his love not at all.
In vain did he make his complaint:
By it you never were attained,
You loved yourself, yourself alone.
Your ear was closed to everyone.
Ah! No, you loved one thing besides:
This mirror was your only love.

 

Résultat de recherche d'images pour "madeleine de l'aubespine miroir"


Joseph Brodsky – un fantôme avait vécu ici


Résultat de recherche d'images pour "abandoned room leather armchair"

J’ai jeté mes bras autour de ces épaules, regardant
Ce qui a émergé derrière ce dos,
Et vis une chaise poussée légèrement en avant,
Se fondant maintenant avec le mur illumimé.
La lampe semblait trop éblouissante pour montrer
à leur avantage le mobilier défectueux ,
Et c’est pourquoi un canapé en cuir marron
Brillait d’une sorte de jaune dans un coin.
La table avait l’air nue, le parquet brillant,
Le poêle assez sombre, et dans un cadre poussiéreux
Un paysage n’a pas bougé. Seul le buffet
M’a semblé avoir quelque animation.
Mais une mite tourna autour de la pièce,
m’arrêtant du regard
Et si, à un moment donné, un fantôme avait vécu ici,
Il était parti, abandonnant cette maison.

  • titre original:  mes bras autour de ces épaules

( tentative de traduction,: RC )

 

I threw my arms about those shoulders, glancing
at what emerged behind that back,
and saw a chair pushed slightly forward,
merging now with the lighted wall.
The lamp glared too bright to show
the shabby furniture to some advantage,
and that is why sofa of brown leather
shone a sort of yellow in a corner.
The table looked bare, the parquet glossy,
the stove quite dark, and in a dusty frame
a landscape did not stir. Only the sideboard
seemed to me to have some animation.
But a moth flitted round the room,
causing my arrested glance to shift;
and if at any time a ghost had lived here,
he now was gone, abandoning this house.

Joseph Brodsky


Au coeur de la pierre – ( RC )


Afficher l'image d'origine

Caché par le lent défilé des années
Un gemme,          comme une larme brillante
s’est dissimulé dans l’obscurité   ;
et il faut un hasard heureux
pour la retrouver.

Aussi, tu  vas demander à la pierre
comment        aller vers elle,
quel sésame te permettrait
d’ouvrir les portes  du minéral.
Comment le fossile est-il parvenu
au coeur de la roche ?

La pierre ne sait pas quoi te répondre.
Son langage s’est cristallisé ,
mais tu finis par comprendre
qu’il n’y a pas d’autre porte
que celle de la patience.

RC- nov 2016

( D’après un poème de Wislawa Szymborska : Conversation avec une pierre  )

 

Hidden by the slow passage of the years
A gem, like a bright tear
was hidden in the dark,
and must serendipity
to find her.

Also, when you’ll ask the stone
how to get to it,
what sesame could
open the doors of the mineral.
How the fossil managed to go
into the heart of the rock?

The stone does not know what  answer to you.
Its language has crystallized,
but you finally understand
there is no other door
than patience.


Pierre Mhanna – à la lumière d’une chandelle


 

peinture : Artemisia Gentileschi:  Judith

 

 

My poem…
the light of a candle
slowly gathering
in the silence of her heart.

Mon poème …
la lumière d’une chandelle
se rassemblant doucement
dans le silence de son coeur


Raymond Carver – pluie


PLUIE

Réveillé ce matin avec
une envie terrible de rester au lit toute la journée
et de lire. J’ai lutté quelques minutes contre cette idée.

Ai regardé la pluie à travers la fenêtre.
Et lâché prise. Me mettant entièrement
à l’abri de ce matin pluvieux.

Serais-je prêt à revivre ma vie ?
Avec les mêmes erreurs impardonnables ?
Oui, si c’était seulement possible. Oui.

(in Where Water comes Together with Other Water (1983)

RAIN

Woke up this morning with
a terrific urge to lie in bed all day
And read. Fought against it for a minute.

Then looked out the window at the rain.
And gave over. Put myself entirely
in the keep of this rainy morning.

Would I live my life over gain ?
Make the same unforgivable mistakes ?
Yes, given half a chance. Yes.


John Keats – A thing of beauty


A thing of beauty is a joy forever

keats beauty

Un peu de beauté est une joie pour toujours

– John Keats


T.S. Eliot – Les mots bougent


Les mots bougent, la musique se déplace
Seulement dans le temps;          Mais seulement ce qui est vivant
Peut seulement mourir.       Les mots, après le discours,se fondent
Dans le silence.                       Ce n’est que par la forme, le motif,
Que les mots ou la musique peuvent atteindre
Le silence,                comme un vase chinois immobile
Remue perpétuellement             dans son immobilité.

T.S. Eliot, Quatre Quatuors (V)

( tentative de traduction  RC )PH_magazine_22_2012_Page_24  Martin Marcisovsky.jpg

 

 

Words move, music moves
Only in time; but that which is only living
Can only die. Words, after speech, reach
Into silence. Only by the form, the pattern,
Can words or music reach
The stillness, as a Chinese jar still
Moves perpetually in its stillness.

T.S. Eliot, Four Quartets (V)


Il n’y a plus dans l’onde …. – ( RC )


 

1  nuages or  -d-60.jpg

 

 

 

Tu es partie , mon amour

Portée par le courant

Dérivant lentement ,

Jusqu’à l’extinction du jour.

Je ne voyais plus dans l’onde

L’empreinte de ton corps,

Mais juste les nuages, brodés d’or ,

En reflets, glissant sur l’eau profonde.

Serais-tu une nouvelle Ophélie … ?

De la vase monteraient des bulles,

Jusque vers le crépuscule ,

Aux rivages lointains de l’oubli…

RC –  oct  2015

 

You’re gone, my love

Carried by the current

Slowly drifting,

Until the extinction of the day.

I could not see in the wave

Any mark of your body,

But just the clouds, embroidered with gold,

In reflections, gliding on the deep water.

Would you be a new Ophelia?

From the mud would rise bubbles,

Amount towards dusk,

The distant shores of oblivion …


Question d’électricité – ( RC )


Afficher l'image d'origine

peinture:  Andy Warhol  –   electric chairs

Question d’électri-cité
voilà qu’une nuit éructe
haut voltage
des plumes et des néons.
Ils se confondent avec obstination
avec le brouillard des âmes.
Et ce sont des encres,
les plus indélébiles,
imprimant sarabande :
la ville obtuse
fait la sourde oreille
à la moiteur des nuées.
Aussi éveillées que peuvent l’être
les avenues désertes
jusqu’à ce que la lumière artificielle
soit dissoute dans l’ aube violette.
Je vois les indociles
qui pensent que le jour
n’est qu’un détour
accrochés aux barreaux :
la prison les ronge
dans quelques mètres carrés.
Ils n’ont que les murs grisâtres,
et la peau décolorée.
La langue fourbue,
la parole féroce,
une cuvette en émail
la lueur alternative
de la publicité lumineuse,
les maillons du mensonge,
le macadam des rues
marqué d’ombres vertes
comme de fer rouge.
Le reprise du trafic,
le grondement des rames,
les sirènes de police
pour lancer des conjectures.
Le sol est en verre pilé.
Qui ose s’y risquer pieds nus ?
Tu vas deviner l’heure..
( on éxécute mieux à l’aube) –
quand on viendra te chercher
pour te conduire
selon le protocole officiel
à la chaise électrique .


RC – avr 2016


Pierre Mhanna – La rue et ses passants


 

 

 

3471866108_c17754237d%2520Fairy%2520of%2520Lakes.jpgMa vie entière est une lettre écrite pour vous dans une langue que seul l’amour peut comprendre.
My whole life is a letter for you written in a language only love can understand.

~

By the candlelight
I loved to read her poems
and gaze, every now and then,
into her eyes,
at the way the flame flickered
and danced upon
the page of her face,
the poem of my life.
À la lueur des bougies
J’aimais lire ses poèmes
et le regard, à chaque instant et puis,
dans ses yeux,
à la façon dont la flamme vacillait
et dansait sur
la page de son visage,
le poème de ma vie.
~

With the patience
of the river
dissolving rocks
and carrying them to the sea
my touch will have her skin
dissolved in poetry.
~

Avec la patience
de la rivière
dissolvant les roches
et les transportant vers la mer
mon contact verra sa peau
dissoute dans la poésie.

 

traduction  RC de cette  toute récente  parution  sur le blog  de Pierre Mhanna  ( english )

 

 


Anne Sexton – Toux, amour


Anne Sexton -

 

 

 

Comme il a été dit:

Amour et une toux

ne peuvent pas être dissimulés.

Même une petite toux.

Même un petit amour.

 

 

As it has been said:

Love and a cough

cannot be concealed.

Even a small cough.

Even a small love.

 

 

– Anne Sexton


Zareh Chouchanian – Tu cherches quelqu’un dans le miroir


 

4030359396_f18731e0e6%2520Fairy-P021s.jpg

 

Je suis perdu dans un bois
Fait de pierre
De gens et de chair
Je suis ligoté dans un filet
Fait d’amour et de tendresse
Où je suis l’araignée
Et la mouche
Je pensais que je pouvais courir
Je pourrais voler
Je pensais que je pouvais mourir
Mais je ne pouvais pas

J’ai oublié qui je suis
Comment j’étais
Là où j’étais
De là où je suis
J’ai oublié de temps en temps

Maintenant, j’ attends
Que quelque chose se passe
Que quelqu’un arrrive
Pour me rappeler
Pour retrouver
Un nom
Un visage
Un endroit

Il n’y a rien
Tout est pareil
L’heure
L’espace
Juste un miroir plat.

Pour m’aider à sortir

Rien ne sera
Rien ne peut
Je ne vis pas
Je ne peux pas mourir
Je ne peux que crier
Pleurer
De plus en plus fort

Qui suis-je ?


LOOKING FOR SOMEONE IN THE MIRROR
I am lost in a wood
Made of stone
People and flesh
I’m tied up in a web
Made of love and tenderness
Where I am the spider
And the fly
I thought I could run
I could fly
I thought I could die
But I couldn’t

I forgot who I am
How I was
Where I was
From where I came
I forgot now and then

Now I’m waiting
For something to happen
Someone to come
To remind
To re-find
A name
A face
A place

There’s nothing
All the same
Time
Space
Just a plane mirror

To help me get out

Nothing will
Nothing can
I don’t live
I can’t die
I can only shout
Cry
Louder and louder

Who am I

( visible  sur le site de la poésie arménienne )