voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “cycle

Cycle des gouttes recommencées ( RC )


photo    confluent Rhône & Saône  du site

A chaque goutte d’eau, le cycle recommencé

Ce qui s’enfuit en vapeur, retombe un peu plus tard,

En condensé, et les grandes rivières s’en vont leur chemin

Saluées par les arbres qui s’inclinent sur leur destin,

Enracinés d’un apparent immobile,

Pendant que plus d’un printemps, des saisons alternées

Promettent d’autres senteurs, de nouvelles nappes.

 

On remet de couvert,         pour des années dansées,

A l’égard de temps,     pour nous,        recommencés.

Mais en se posant un peu,         la tête sur les épaules,

Sous les mêmes ponts, coulent des eaux semblables…

La Saône a conservé sa couleur olive,

Et le Rhône le bleu-vert ,                  au long cours,

Lorsqu’ils se rencontrent en noces             liquides.

 

Rien ne semble changé,   les enfants jouent toujours au parc

Nous avons perdu la clé, ce ne sont pas les mêmes,

Qui se succèdent, sous l’oeil bienveillant

Des mères ,tenant par ailleurs très bien leur rôle

A l’ombre des saules…

On aurait pourtant pensé,       filmée en accéléré,

Que l’éternité se déroulait,          recommencée,

 

Comme deux gouttes d’eau,                       dit-on

Poursuivant leur cycle

Au delà des saisons.

 

 

RC    – 5 mars  2013


Sous les yeux fertiles du temps ( RC )


photo:Pentti Sammallahti

A  tous les  rivages  et au murmure  des vagues
Les paroles croisées, le bonheur  d’une inspiration
Ainsi, le ressac régulier, et l’écume
Qui prend  et donne, reprend encore
L’appel des sirènes  s’est perdu  dans la brume
———Personne n’en propose  de traduction.

Le pays s’est usé de son voisinage,
Pour tatouer la mer de rochers,
C’est une lente métamorphose,
Qui transporte les  éléments
Sous les yeux fertiles  du temps
Au-delà du plein chant du soleil

Les falaises  parait-il  reculent
Et cèdent  au liquide des arpents de prés,
Les remparts  de la ville s’approchent du bord
Et seront un jour  emportés,
Comme le sont les siècles
Aux haleines des brises  et tempêtes.

Faute d’apprivoiser le temps
Il faut faire  avec son souffle
Et le berger pousse ses troupeaux  sur la plaine
Puis les plateaux, qui offrent
A toutes les transhumances, leurs drailles  séculaires
D’un parcours  recommencé, au cycle des saisons.

 

 

RC    – 14 octobre 2012