voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “tornade

Nicole Barrière – L’air du poème, la voix prise dans le feu


miniatures médiévales;  Exposition universelle  Seville

miniatures médiévales;        Exposition universelle   Séville

L’air du poème
la voix prise dans le feu
me voici sans mot

me voici trace
là – où ne demeure que la foudre –
de toi séparée avant le commencement
avons-nous partagé la lumière
quelle éclaircie tourmente nos braises ?
sommes-nous gouttes d’eau échappées de l’orage
ou poussières dans la tornade du temps ?
sur le linteau de la nuit
nous sommes cueillis d’ivresse
au bas de nos pensées
se saisissent les rêves
le soudain accompli du nuage
où se revêtent les choses sans nom
affranchies de l’enfance
seuls nous sommes seuls
et mêmes et étrangers
et tes mots sur mes lèvres
s’écorchent jusqu’au livide
le soleil s’invite à la fenêtre des nuages
et le ciel
et la berge
et la marche
et le seuil du chemin
ressemblent aux mots des poèmes

il y a les mots
les ombres des mots
les lumières
les lueurs des mots
les cris
les chuchotements
les mots tendrement ouverts
les mots envolés des lèvres
comme des ailes pliées
comme des fenêtres ouvertes
comme des rivières où naissent les âmes
les mots tombent comme des fruits mûrs
comme des feuilles
comme l’herbe rouge et bleue
plus tard
quand les feuilles noircissent
la peau des rêves
le soir descend des étoiles
une autre langue parle
les mots du chemin et de la forêt
dans toutes les langues
marchent sur l’invisible
c’est ta main dans la mienne pleine de paroles
de terres nouvelles d’eaux souterraines
et la terre te fait signe depuis la lune
fragment de ciel
et d’invisible
le poème absolu
s’ouvre du désir premier des lèvres
trouée de rêve où seules chantent les mains.


Nicole Barrière, 6 janvier 2005
site : « La cave à poèmes


Fernando d’Almeida – Au seuil de l’exil


Fernando d’Almeida

art; Judith Reigl : l’Egyptien

.
.
AU SEUIL DE L’EXIL

Une cloche de deuil a sonné au seuil de l’exil
et la tornade du matin a tonné vers la mer

(…)
Tu marcheras le cœur au poing
tu mâcheras un soir l’amer kola du veuvage
sur le désert nostalgique de ta naissance
une cloche d’alarme une cloche d’alarme
qu’importe l’aigreur des mots hongres
tu seras ici au carrefour des vents dénudés
sur la barque qui tangue
sur la pirogue qui chavire
tu viendras au bout du petit matin
écouter le chant du griot
entendre la voix des eaux
ton royaume sera de nostalgie
ton langage la prison d’un exil
Absente Absente Absente
l’harmattan est venu
l’harmattan est venu
un matin
un câlin
matin
et le ressac de mer
et la peur de dire
et la peur de tuer…

Une cloche de deuil a sonné au seuil de l’exil
et la tornade du matin a tonné vers la mer

(…)
.
.


Colère et éclaircie ( RC)


photo perso. Sauveterre

Il y a dans mon ciel,                quelques nuages
Portés par le vent  d’Ouest,        ils envahissent
Les dessus  d’horizons, comme pâte  dentifrice
Et se tordent , à mon humeur, – comme  c’est dommage ! –

de laisser ,à  la colère, toute la place
Et ainsi cacher       le dessein solaire
Des contrastes, –  le monde à l’envers
Des ombres farouches, qui agacent…

Suspendus au dessus du sol, quelques mégatonnes
S’échafaudent,      se bousculent , des projets d’orage
Tardant , maintenant                dans le grand balayage
Alors que                   la trompette d’Eole  s’époumonne

Ayant convoqué la grêle et autres intempéries
Tornades et giboulées,          d’avant l’été
Est-ce donc                       d’avoir tempêté
Que le ciel s’est fendu,          et qu’on en rit ?

En fronçant les sourcils, un peu par ici
Les cumulus sont   allés voir ailleurs
Un paysage plus serein          et rieur,
Ce qui nous laisse, au sourire, une  éclaircie.

RC  -26 mai 2012

-sur le même thème, Rainer Maria Rilke  s’exprimait ainsi:

 

Après une journée de vent,
dans une paix infinie,
le soir se réconcilie
comme un docile amant.

Tout devient calme, clarté…
Mais à l’horizon s’étage,
éclairé et doré,
un beau bas-relief de nuages.

Rainer Maria Rilke – quatrains valaisans


aux lendemains qui doutent, les tornades immobiles (RC)


installation: Tony Cragg: homme assemblage

aux lendemains qui doutent, les tornades immobiles

 

Tornades immobiles, étendons nous,

L’épicier de passage nous assaisonne, de remords.

Tchernobyl nous survole de son œil indolore,

Le sang est invisible dans l’espèce d’espace

où les frontières n’ont plus cours.

 

Aux vents de l’absence, recroquevillés d’indifférence,

Des entiers des hivers des étés mélangés.

Poussières en petitude, longueurs de vie rabougries

Toujours un fauteuil roulant , pour nous attendre

 

Vieillesse et sécheresse, l’histoire continue sa route

Pour nous, sans nous aux lendemains qui doutent

 

 

 

Ce texte créé le21 mai 2011 ——->est en écho à celui de

Question d’espace

 

 

photo - photo montage de photo personnelle et d'un auteur des années 50