voir l'art autrement – en relation avec les textes

Permis de démolir ( RC )



Permis de démolir

En tranches d’intérieurs
L’intimité s’offre au dehors

Au soleil, à la pluie, comme décor
C’étaient des logements, des demeures

Des chambres à coucher offertes
Superposées d’étages,

Aux souvenirs de sommeil, et d’images
De la façade ouverte

Pendent des papiers peints
Que la lumière, va, déteints

Et s’en détachent bientôt, des lambeaux
Aux murs encore accrochés, les lavabos

Et au dessus l’inévitable miroir –tablette
Fantômes de vie, toilettes

S’incruste en zigzag, le fossile de l’escalier
La rampe encore fixée, entre chaque palier

Et puis au sol, parmi les gravats
Les plafonds défoncés, les poutres affaissées

S’affichent les traces d’une vie délaissée
Un chien trottine, au milieu des papiers gras

Des ballons, et jouets d’enfants abandonnés
Et de vieux objets rouillés

Offerts au vent , et à l’herbe mouillée
… En attendant,            le nouveau parking goudronné !

RC 15 avril 2012

Advertisements

4 Réponses

  1. n’exagérons rien, mais je trouve ces « tranches de vie » révélatrices d’un mode de vie – souvent ancien-, et en même temps touchant… juxtaposé aux façades intactes, aux immeubles « fermés », c’est en même temps sinistre, et en même temps sans mensonge… alors que le
    s façades d’à-côté, les immeubles fermés « BCBG », cachent peut-être des choses moins sympathiques

    J'aime

    05/30/2012 à 14 h 43 min

  2. J’aime beaucoup la simplicité de tes mots pour relater en poésie un fait de société inévitable tôt ou tard, devant l’urbanisme avançant. Il y a de l’ordre dans toutes ces décorations marquées par leur époque, aujourd’hui ce serait plus fantasque certainement.
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

    05/30/2012 à 20 h 20 min

  3. Pingback: Eclats de Mots » Blog Archive » Tout contre les murs, l’étoffe du temps – L’article est en cours d’écriture

  4. J’ai le souvenir d’une maison qui avait perdu sa moitié mitoyenne et est restée durant des années comme sur ta deuxième photo avec les tapisseries visibles. Cela m’a toujours étonnée.
    Tes mots sont justes, comme toujours.

    J'aime

    06/02/2015 à 18 h 11 min

je m'exprime:haut et foooort

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s